Archives du mot-clé record

smallrosaliiyac

Citroën Rosalie I des Records (1931)

               Fondée en 1919, la société des huiles Yacco connait un important succès à ses débuts. se spécialisant dans des huiles de qualité à destination de l’aviation et de l’automobile. Pour prouver les qualités de ses produits, Yacco réalise de nombreuses campagnes d’endurance automobile, dont la fameuse épopée des Rosalie des records. Cap sur la première d’entre elle, la « Rosalie I » de 1931.

citroen-rosalie-i-yacco-2

                 En 1920, les financiers du constructeur Hispano-Suiza décident de mettre en place une filiale spécialisée dans l’outillage et les huiles pour moteurs, la société OMO (Outillage et Machines-Outils) voit le jour. Très rapidement, la fourniture d’huiles effectué sous la marque Yacco efface les autres activités, débute alors de nombreux partenariats avec les constructeurs automobiles, à commencer avec Amilcar puis avec d’autres comme Voisin, Vinot-Deguingand…

               Surtout, Yacco met en place une philosophie propre à la marque, si comme toute entreprise elle cherche une clientèle la plus large possible, Yacco met un point d’honneur à proposer des huiles de qualité et mise sur les additifs pour stabiliser ses produits. Pour en faire la démonstration, Yacco décide de réaliser des records d’endurance dès 1925 sur le tout neuf autodrome de Monthléry avec des Voisin, parfois totalement d’origine, et ce jusqu’en 1930.

citroen-rosalie-i-yacco-5

                    Mais en 1930, suite au krach boursier de 1929, le marché automobile français entre en zone de turbulence, nombre de clients de Yacco décident de rompre les contrats de fourniture pour essayer de réduire leurs coûts. Yacco de son côté, courtise Citroën depuis de nombreux mois, sans succès, et pour attirer les regards d’André Citroën, l’entreprise effectuera son prochain record en utilisant une Citroën.

                C’est ainsi qu’au début de l’année 1931, la société Yacco achète auprès d’un concessionnaire une Citroën C6 F et l’expédie dans les ateliers de César Marchand à Issy-les-Moulineaux, un acteur reconnu des records automobiles. Ce dernier reçoit la mission par Yacco de parcourir 25.000km en moins de 10 jours, avec une voiture qui ne doit pas être modifiée à l’exception de la carrosserie. La Citroën C6 F reçoit une carrosserie monocoque réalisée en aluminium afin de limiter la prise au vent et de gagner de précieux kilos sur la balance.

citroen-rosalie-i-yacco-4

                    La voiture est prête au cours du second semestre 1931, Yacco l’engage  sur l’autodrome de Monthléry dans les règles du code sportif international pour valider les éventuels records. La voiture s’inscrit ainsi en catégorie D, correspondant aux voitures dont la cylindrée se situe entre 2,0 et 3,0 litres. André Citroën, de son côté, apprend la nouvelle au dernier moment et, bien que féru de communication, ne montre que peu d’intérêt à l’entreprise. En effet, André Citroën préfère de loin les raids routiers à l’instar des croisières Citroën aux records d’endurance…

                   C’est donc sans l’adoubement de Citroën que la Citroën C6 F se lance le 22 octobre dans un galop de 25.000km grâce à cinq pilotes qui se relaieront tous les 500km, Marcel Combette, Louis Leroy de Présalé, Raphaël Fortin, César Marchand et Julien Marchand. La voiture s’arrête 222 heures, 38 minutes et 56 secondes plus tard, soit le 1er novembre, avec 25.000km au compteur. La mission est réussie, d’autant plus que la Citroën C6 F remporte quatorze records internationaux et affiche une moyenne de 108km/h !

citroen-rosalie-i-yacco-1

                     Yacco communiqua de manière appuyée sur cet exploit, et face à la réaction du public, André Citroën décide de raviser sa position et décide de s’impliquer personnellement lors de la « Rosalie II » l’année suivante, qui en réalité est la même voiture mais dotée d’un moteur de Citoën C6 G. Quant à la Rosalie I, ce n’est qu’ultérieurement qu’elle prit cette appellation