smalléà(c

Peugeot 205 Cabriolet CT-CJ (1986-1995)

              Fort de la dynamique de la petite 205, Peugeot la décline à toutes les sauces dont en cabriolet à partir de l’année 1986. Peugeot a toujours proposé à ses clients une offre cabriolet, d’abord sur base de 203, 403… Avant de se démocratiser petit à petit avec les 304 et 204. Mais le cabriolet disparait dans la gamme Peugeot avec l’arrêt de la 504 cabriolet en 1983. Il faudra trois années pour avoir une nouvelle offre avec la 205 Cabriolet…

Peugeot 205 CJ (5)

                 Au début des années 1980, Peugeot est dans une mauvaise posture financière à cause de des rachats de Citroën puis de Simca dans les années 1970. Chez Peugeot, l’avenir devient terne quand apparait en 1982 la petite 205, une voiture dont le succès va relancer la machine sochalienne et lui permettre de retrouver le chemin de la rentabilité. La 205 est un « sacré numéro », Peugeot brille désormais à l’échelle européenne. Puis cette petite voiture est aidée par deux locomotives que sont la 205 Turbo 16 qui véhicule une certaine image par un brillant engagement sportif, et la 205 Gti qui permet aux passionnés de sportives de trouver chaussures à leurs pieds.

                Finalement, la Peugeot 205 est un succès sur bien des plans, si bien que Peugeot se remet à penser à des versions atypique, et notamment celle d’un cabriolet. Et c’est avec son partenaire de longue date, Pininfarina, que Peugeot va décapsuler la 205. Les études du cabriolet 205 débutent en 1984, Peugeot et Pininfarina travaillent main dans la main et partent sur 205 trois portes avec l’ordre de ne pas toucher au plancher ni à la partie avant de la voiture pour des raisons de coûts mais aussi pour faciliter l’industrialisation de la voiture.

Peugeot 205 CJ (6)

          Au final, la voiture est présentée en 1986 sous la forme d’un cabriolet à arceau avec quatre véritable places (ce qui est assez rare pour être souligné). Bien évidement, pour des raisons de rigidité, la caisse a été renforcé en de nombreux points, notamment au niveau de l’ancrage des pieds, sous les fauteuils avant ainsi qu’au niveau du réservoir d’essence. Dans le même esprit, les longerons sont eux aussi renforcés, tout comme les montants autour du pare-brise. La capote quant à elle est manuelle mais avec un maniement étudié pour être le plus simple possible.

peugeot 205 ct

                La 205 Cabriolet est proposée tout d’abord en version CT avec un quatre cylindre essence de 1.360cm3 type XY8. Celui-ci est alimenté par deux carburateurs à simple corps et accolé à une boite à 5 rapports . L‘ensemble développe 80Cv. La même année, Peugeot propose la 205 CTI, le cabriolet avec un moteur de 1.580cm3 et une finition de Gti, mais nous évoquerons cette voiture dans un autre article.

                    En 1988, la 205 Cabriolet change de finition, il s’agit désormais de la CJ qui prend la place de la CT, elle est un mélange entre la 205 XR et la 205 Junior. Cette dernière avait de très bon chiffres de diffusion si bien que Peugeot décide d’équiper la CT de la finition de la Junior. Le moteur évolue, Peugeot place sous le capot un quatre cylindres en ligne essence de 1.360cm3 (type TU3) qui développe désormais 65 Chevaux. Côté performances, la 205 CJ affiche sur sa fiche technique un 162km/h en vitesse de pointe et 12,7 secondes pour le 0-100km/h. Ce même moteur développe 70Cv entre 1989 et 1991, puisse passe à 75Ch à partir de 1992.

                     Au printemps 1989, la finition « Rolland Garros » apparaît sur la cabriolet, une finition de luxe avec des équipements peu communs sur une petite voiture : cuir blanc pour les fauteuils qui reprennent le dessin de ceux de la Gti, des vitres électriques, une fermeture centralisée… Côté extérieur, le client n’avait pas le choix, puisque seul un vert métallisé était proposé avec des jantes alliages repris à la 205 XS. La version Rolland Garros marchera très bien, tout aussi bien en cabriolet qu’en coupé puisque, pour sa première année de commercialisation, plus de 3.500 205 Rolland Garros sont vendues…Par ce succès, la série Rolland Garros est réitérée à chaque printemps jusqu’en 1992.

                Hormis cela, la Peugeot 205 CJ n’évolua peu après 1991 , si ce n’est que le moteur TU3F2 de 75Ch est remplacé en 1993 par le TFU3M de la même puissance mais qui s’adapte à l’obligation d’avoir un catalyseur. Un léger restylage est également intervenu en 1991 par lequel les clignotants deviennent blancs. A noter, enfin, que la 205 CJ se nomme 205 1.4 Cabriolet pour sa dernière année de commercialisation en 1995.

Laisser un commentaire