03.8

Simca aux Etats-Unis

              Comme tous ses concurrents, Simca a tenté l’aventure américaine en y posant les roues au début des années 1960. Il faut dire que de l’autre côté de l’Atlantique, Renault et Peugeot avaient connu de beaux débuts respectivement avec la Dauphine et la 403. Faisant parti du quatuor de tête des constructeurs français, Simca ne pouvait laisser passer sa chance, d’autant plus qu’il disposait d’un allié de poids, le constructeur Chrysler, lequel était son principal actionnaire ! Simca n’avait donc pas d’excuses pour rester qu’en France …

 

                   Simca a commencé son rêve américain en 1958 avec l’Aronde, cette date parait cohérente compte tenu de deux faits historiques, le premier étant que l’Etat français avait demandé aux constructeurs automobiles d’accentuer les exportations de leurs produits, et le second éléments était le rachat de 15% de Simca par Chrysler cette même année. Dans l’accord de coopération Simca-Chrysler, le constructeur américain prévoyait d’assurer la distribution des Simca aux Etats-Unis sur une base de 60.000 exemplaires par an.

Simca Aronde USA

                Les premières années de Simca aux Etats-Unis furent très discrètes, contrairement aux autres constructeurs français venus aux Etats-Unis. L’Aronde y fut commercialisée jusqu’en 1962, et fut épaulée en 1959 par l’Ariane, qui n’est restée qu’une seule année au catalogue, c’est tout dire du niveau des ventes ! A la décharge de Simca, le marché américain commençait à opérer un changement en 1959 qui allait faire du mal à Peugeot et Renault …

 Simca Ariane USA

                     C’est surtout dans les années 1960 que Simca va mettre la gomme pour tenter de se faire une place aux Etats-Unis, car entre temps, Chrysler est devenu propriétaire de la majorité du capital de Simca, faisant du constructeur français une filiale de l’américain. Par conséquent, Simca pouvait bénéficier d’un excellent réseau de distribution aux Etats-Unis, ce qui était alors le principal problème des autres constructeurs français ! Il ne restait plus qu’à convaincre les dirigeants américains de leur faire une place dans les concessions…

              Pour aider les dirigeants de Poissy dans leurs requêtes, plusieurs éléments favorables vont être soulevés : Simca venait tout juste de sortie une nouvelle voiture, la Simca 1000, qui répondait mieux aux attentes de la clientèle que les désuètes Aronde et Ariane; et de l’autre côté, Volkswagen avec sa Coccinelle rencontrait un succès phénoménal, si bien que certains constructeurs américains commençaient à lancer leur propre voiture compacte; la Simca 1000 semblait faite pour jouer sur les plates bandes de l’allemande.

                L’idée fait mouche, la Simca 1000 fut distribuée par Chrysler aux Etats-Unis et au Canada à partir de 1962, elle reçoit par conséquent quelques modifications pour répondre aux normes locales, et change de nom pour s’appeler Simca 1118. Quelques temps plus tard, c’est au tour de la Simca 1000 Coupé Bertone d’être importée.

                 En 1969, Chrysler profite de l’arrivée de la 1100 pour remplacer la 1000 aux Etats-Unis. Pour la 1118, le bilan est plutôt mitigé : les ventes n’ont jamais dépassé les 15.000 exemplaires par an, un score honorable pour une française de ce côté de l’Atlantique, mais bien loin de la Cox qui se vendait par centaine de milliers… Néanmoins, Chrysler juge l’affaire sérieuse pour continuer l’aventure avec les voitures de Poissy.

 Simca 1118

                   La Simca 1100 était attendue au tournant aux Etats-Unis, où Chrysler comptait sur elle pour tenter de renverser la tendance par rapport à la Simca 1118. D’ailleurs, à l’instar de cette dernière, la 1100 troque son nom contre celui de 1204, en référence à la cylindrée du moteur, lequel est récupéré sur la Simca 1000 Bertone qui développait 62Cv, et qui se trouvait plus adapté pour le marché américain, notamment pour l’installation de la climatisation. Chrysler semble d’ailleurs avoir bien préparé l’arrivée de la 1100 sur le marché nord américain puisque c’est pas moins de 5 versions de la 1204 qui furent proposé à son lancement : berline et break à deux ou quatre portes, avec des prix allant de 1.693 à 2.043$; sans oublier la largesse opérée sur les équipements de confort pour satisfaire aux attentes américaines.

                   Toutefois, les ventes restent modestes, 7.000 voitures sont vendues en 1970, si bien que Chrysler réduit la voilure à trois versions pour 1971, mais rajoute en option une boite de vitesses semi automatique, des pneus à flancs blancs et des décorations adhésives pour la carrosserie. En dépit de ces efforts, les ventes descendent à 6.000 exemplaires, et ce sera pire en 1972, avec seulement 2.600 unités écoulées en reconduisant la même gamme. Chrysler décide alors de stopper les ventes de la 1204, puisque celle-ci ne semble pas répondre aux attentes du client américain, en quête d’espace, de confort et de puissance, aux antipode de cette petite voiture, dont les ventes explosaient en Europe …

 Simca 1204

                    L’aventure de Simca aux Etats-Unis s’arrête ici, pourtant une autre voiture bien connue du côté de Poissy tentera de faire carrière aux Etats-Unis, sans toutefois porter le blason Simca : l’Horizon. En effet, cette voiture aura une carrière américaine sous trois marques, celles de Chrysler, Dodge et Plymouth. Disponible à partir de 1977, en même temps qu’en Europe, Chrysler voulait faire de l’Horizon une « voiture monde », d’où la commercialisation sur l’ensemble des marchés où Chrysler était présent. Et force est de constater que cette voiture a plutôt bien fonctionné de l’autre côté de l’Atlantique, puisque elle fut produite, pour la Dodge Omni, jusqu’en 1990; et sous ces trois marques, on comptabilise plus 1,5 millions d’unités ! A noter qu’une version coupée fut proposée, ainsi que des versions sportives, dont une préparée par Shelby ! Peut-être pas marquée Simca, le succès de l’Horizon est sans doute issue de l’expérience récupérée par Chrysler de la revente des Simca sur son réseau …

Une réflexion au sujet de « Simca aux Etats-Unis »

Laisser un commentaire