zsmall

Renault 25 Charbonneaux

Renault 25 Charbonneaux

               En vue du salon de l’automobile de Paris 1984, le styliste automobile Charbonneaux s’associe avec le carrossier Sbarro afin de réaliser, sur la base d’une Renault 25 V6, une berline de grand luxe. Charbonneaux s’occupe du dessin, Sbarro la fabrication du prototype. Le projet était celui d’une berline grand luxe afin de viser une clientèle plus argentée que celle de la R25, et notamment la clientèle allemande qui avait du mal avec la carrosserie deux volumes de la berline de la Régie.

             De cette collaboration sort cette grande berline, une transformation réussie puisque le prototype arrive presque à éclipser sa base, dont elle est plus longue de 26 centimètres, aidé en cela par un important porte à faux arrière.

01

        Par ailleurs, pour rééquilibrer la ligne de la voiture, il est décidé de doter la R25 Charbonneaux d’une large calandre. Celle-ci se justifie également pour donner à la voiture sa personnalité, et imiter les plus grandes, comme Mercedes, Rolls-Royce. Mais l’esthétique de cette dernière n’en demeure pas moins discutable, et interroge l’ensemble des journalistes et visiteurs du salon de Paris. Le capot aussi est modifié du fait de cette calandre et reçoit une sortie d’air, inspiré tout droit de l’aéronautique selon son créateur.

          En dépit de cette calandre, le reste du projet tend à convaincre à l’exception de la lunette arrière, issue d’une Buick, dont le montage est quelque peu hasardeux, en tout cas, peu digne du standing de la voiture.

Renault 25 Charbonneaux

           Ce projet est avant tout guidé par le luxe, la carrosserie se pare ainsi d’une large bande chromée qui fait le tour de la voiture, chrome que l’on retrouve aussi sur les quatre sorties d’échappement. A l’intérieur, bois précieux et cuirs sont bien évidement présent. D’ailleurs, Charbonneaux pense aux petits détails, preuve en est avec la roue de secours qui se loge verticalement dans le coffre afin d’éviter au conducteur de se salir les mains s’il fallait changer une roue.

               Sous le capot, c’est le V6 PRV de 2.664cm3 que l’on retrouve, celui-ci permettait à la voiture d’afficher 200km/h en vitesse de pointe. Le client aurait pu avoir le choix entre une boite manuelle à six rapports ou une boite automatique.

             Lors de sa présentation, la voiture connait un succès d’estime, et déjà une petite poignée de clients semblent intéressés, pour une voiture estimée à 400.000 Francs. Malheureusement, Renault refuse de couvrir le modèle et la mécanique par la garantie constructeur. Faute de finances assez solides, le projet restera sans lendemain, et ce prototype finira par rejoindre le musée de l’automobile de Reims-Champagne.

   03

2 réflexions au sujet de « Renault 25 Charbonneaux »

Laisser un commentaire