small

Alfa Romeo Dauphine (1959-1965)

    

             Le 25 Mars 1957, six pays européens signent le Traité de Rome qui donne naissance à la Communauté Economique Européenne, la construction européenne est en marche. Les économies des Etats membres doivent se rapprocher au fil des années pour former un marché unique, et déjà, certains constructeurs automobiles y voient un moyen de pénétrer des marchés qui restaient jusque là fermés. Ainsi, dans cette ambiance nouvelle, deux constructeurs nationalisés se rapprochent, un contact facilité, pour ne pas dire imposé par leurs Etats réciproques : Alfa Romeo et Renault. Un accord entre les deux constructeurs avant tout politique puisqu’il permet de donner corps à la CEE nouvellement crée, mais qui présente un intérêt économique pour les deux entreprises.

  

           Depuis sa création, Alfa Romeo a toujours été un petit constructeur, et bien que l’entreprise a été nationalisée à partir de 1933, l’Etat italien ne lui donna pas de grands moyens afin d’aller rivaliser le grand Fiat. Au contraire même, les marques évitent d’entrer en concurrence directe. Mais à la fin des années 1950, Alfa Romeo a besoin d’une voiture populaire afin de faire tourner ses usines, sans avoir les moyens de lancer le développement.

              En face, la Régie Renault rêve de percer hors de France. Déjà, Renault est parti à l’assaut des Etats-Unis avec la Dauphine. Mais le cœur de Renault reste l’Europe, et l’Italie intéresse les équipes dirigeantes, où Renault ne faisait que de la figuration, étranglé par les taxes à l’importation. Mais la Renault Dauphine pourrait fonctionner sur le marché italien, d’ailleurs, Renault avait déjà été approché par Innocenti, avant que Fiat n’impose l’arrêt de cet accord naissant.

    

            Les relations entre Alfa Romeo et Renault resteront donc secrètes le plus longtemps, a tel point que l’accord signé courant Octobre 1958 surprend l’ensemble des acteurs du monde automobile. Cet accord, pourtant minimaliste, énerve les dirigeants de Fiat qui y voient une attaque directe sur son marché; et menace de mettre 10.000 personnes au chômage si cette concurrente française devait venir en Italie. Peu importe, ce rapprochement entre Alfa Romeo et Renault est avant tout politique et ira jusqu’à son terme. L’accord prévoit la création de « Renault-Italia » qui produira des Dauphine au sein des usines Alfa Romeo, lesquelles seront distribuées dans le réseau du constructeur italien. Renault de son côté devra commercialiser la Giulietta dans ses concessions françaises.

            Le 04 Juin 1959, la première Dauphine construite par Alfa Romeo est présentée, l’ensemble des acteurs faisant des éloges à la CEE qui permet de faciliter les accords entre constructeurs afin de concevoir des voitures plus fiables, plus accessibles, plus luxueuses … mais l’apparence est trompeuse, en coulisse, les dissensions entre les deux constructeurs commencent à apparaître.

           Mais pour le moment, la production de l’Alfa Romeo Dauphine débute dans l’usine de Portello, dans la région de Milan, à partir de pièces envoyées par Renault depuis la France. Commercialisée à 890.000 Lires, la Dauphine connait un bon départ en Italie avec 6.452 exemplaires vendus cette année.

           La Dauphine Alfa Romeo n’a que peu de différences avec son homologue française, et seuls des détails esthétiques changent : intérieur corrigé par Alfa Romeo, monogramme d’aile spécifique, le blason du capot intègre le nom d’Alfa Romeo, répétiteurs d’aile, bloc optique spécifique, batterie 12 Volts et équipement électrique venant de chez Magneti Marelli.

           Mais Renault n’est pas fair-play et continue la commercialisation de la Dauphine en l’important dans le même temps, toutefois les prix ne peuvent être compétitifs du fait des taxes : 950.000 Lires pour une Dauphine, 1.080.000 pour la version Gordini. Quoiqu’il en soit, cette concurrence que fait Renault à Alfa Romeo met du plomb dans l’aile de cette alliance.

             Néanmoins, en 1960, les dissensions ne sont pas encore marquées, et cette année, Alfa Romeo jouant le jeu, c’est 20.047 Dauphine qui sont écoulées. D’ailleurs, la production s’intensifie tellement qu’il est décidé de diminuer le prix en Décembre 1960 pour le faire passer à 795.000 Lires. Et quelques évolutions sont apportées à la voiture, la boite à quatre rapports de la Dauphine Gordini est désormais montée de série. Puis, en Octobre 1960, c’est au tour de l’Ondine d’être produite par Alfa Romeo mais ce modèle ne prit pas, et s’arrêta en Février 1963 après 2.000 exemplaires produits.

  

               En face, Renault ne tient toujours pas ses engagements car il ne distribue pas les Alfa Romeo dans son réseau, sans doute de peur de perdre des clients face aux voitures italiennes. Cependant, la Dauphine marche en Italie, ce qui confère un second souffle à Alfa Romeo qui peut dès lors faire tourner ses usines à cadence élevée, et conquérir de nouveaux clients. L’Alfa Romeo Dauphine confirme une nouvelle fois sa popularité en 1961 avec 19.927 exemplaires vendus.

                Cependant, les relations entre Alfa Romeo et Renault se détériorent courant 1962, la marque italienne ne voyant pas ses modèles distribués en France par Renault, elle décide de dénoncer le contrat de distribution pour le reprendre à son compte, et crée sa propre société d’exportation qui officiera à partir de 1963. Dans le même temps, Fiat se fait plus pressant sur le gouvernement italien pour que cesse cette collaboration en faisant du chantage aux emplois. Une nouvelle loi fiscale est votée et change totalement le régime de la fiscalité automobile italienne, ce qui va impacter la Dauphine. Par conséquent, en 1962, les ventes s’essoufflent et passent à 11.786 exemplaires, puis à 6.347 exemplaires en 1963.

              Pour tenter de dynamiser les ventes, les freins à disque sont montés de série, tandis que le tableau de bord est repris sur la Dauphine Française. Si les ventes se maintiennent en 1964 avec 6.447 exemplaires, c’est pour mieux chuter en 1965 et passer sous la barre des 3.000 exemplaires. D’ailleurs, en 1965, la production des Alfa Romeo Dauphine cesse, le stock est écoulé jusqu’en 1966. Au total, on dénombre 73.841 Dauphine sorties des usines Alfa Romeo.

Laisser un commentaire