Renault Celtastandard (1935-1937)

                    En attendant la future 6CV Renault que l’on connaitra sous le nom Juvaquatre, Renault présente fin novembre 1935 une Celtaquatre dépouillée, la Celtastandard, dont le seul objectif est de proposer un prix contenu pour conquérir une clientèle qui serait susceptible de se tourner vers un constructeur proposant une voiture bon marché…

                    Dans le cadre du salon de l’automobile de Paris 1935, Renault présente sa nouvelle version de la Celtaquatre dont l’empattement est rallongé et la carrosserie modifiée. Cette évolution arrive à point nommé et dope les ventes de l’entrée de gamme du losange. Mais le marché de l’automobile français connait de nombreuses petites voitures populaires, il y a Rosengart avec ses voitures construites sur la base d’une Licence Austin, Peugeot y est présent avec sa 201 qui est certes en fin de vie mais qui dispose encore d’une certaine clientèle, et il y a Simca, la représentation française de Fiat qui est alors présent avec sa 6CV. Renault n’avait rien à leur opposer si ce n’est sa Celtaquatre, qui était tout de même un cran au-dessus, et laissait filer des ventes à la concurrence.  

                Si Louis Renault avait alors une vision plutôt élitiste de l’automobile, ses collaborateurs lui soufflent l’idée de développer une 6CV, une proposition à laquelle il se résout au vu du marché mais aussi parce qu’il avait noté la proposition d’Opel, l’Olympia, lors de sa visite du salon de l’automobile de Berlin en février 1935. Dès lors, l’étude d’une 6CV Renault est lancé mais cette nouvelle voiture, la future Juvaquatre, ne sera pas disponible avant 1937 au plus tôt. Alors, pour occuper l’espace dans cette attente, les services commerciaux de Renault imaginent proposer une Celtaquatre à un prix très contenu en la dépouillant du superflu, ainsi naît la Celtastandard à partir de décembre 1935.  

               La Celtastandard, initialement dénommée “Celtaquatre Standard”, était l’arme de Renault pour la clientèle dont le prix d’achat était l’élément essentiel. Présentée au réseau de distribution le 27 novembre puis au grand public deux jours plus tard, la Celtaquatre Standard est donc une version de la Celtaquatre sur laquelle l’équipement intérieur est rendu à sa plus simple expression et les éléments de détail de la carrosserie sont ôté. Dans le détail, la carrosserie perd ses pare-chocs et le volet d’aération dans l’auvent, il n’y a aucun chrome sur la carrosserie qui sont soit enlevés pour les éléments décoratifs soit peints couleurs carrosserie pour les poignées de porte, voire émaillés concernant les phares, les jantes type artillerie de la Celtaquatre laissent place à des jantes à rayons. Le caoutchouc présent sur l’aile avant sous les portes est retiré, et le pare-brise ne dispose que d’un seul essuie-glace contre la pluie. Dans l’habitacle, pas de plafonnier, pas de pare-soleil, ni de store de lunette, ni même de cendrier, le tableau de bord reçoit une instrumentation simplifiée et la montre montée dans la Celtaquatre est retirée.  

                  Ce traitement permet à Renault de proposer sa Celtaquatre Standard, rapidement renommée Celtastandard, au prix de 13.900 Francs, soit 3.000 Francs de moins que la Celtaquatre de base, et permettant à Renault de communiquer sur la “Quatre portes cinq places la moins chère du marché”. Pour arriver à ce prix, Renault demande également à ses concessionnaires une diminution de leur commission de 5% par rapport aux taux pratiqué sur les autres modèles. La recette fonctionne, sur sa première année, Renault écoule 6.031 Celtastandard (soit 34% des Celtaquatre vendues entre septembre 1935 et décembre 1936). 

               Lors du salon de l’automobile 1936, Renault présente sa gamme 1937 dans laquelle la Celtaquatre a le droit à une nouvelle calandre qui fut également intégrée à la Celtastandard, qui reçoit également les jantes type artillerie comme le reste de la gamme. La 6CV Juvaquatre est présentée au premier semestre de l’année 1937, dès lors, la Celtastandard n’a plus réellement d’intérêt et le modèle est stoppé dès le salon de l’automobile de Paris en octobre 1937. La Celtaquatre est elle-même mise en sommeil avec une ultime (et unique) version reconduite pour quelques mois. 

Sources
Communiqué de presse de Renault en date du 27 novembre 1935, disponible sur Celtaquatre.free.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.