Archives du mot-clé turbo

smallr5alptur

Renault 5 Alpine Turbo (1981-1984)

              Dans les années 1970, Renault abandonne Gordini comme blason sportif, la tâche est désormais dévolue à Alpine qui essaye de donner quelques vitamines à la petite Renault 5. Mais face à la Golf GTI première du nom, la R5 Alpine fait pâle figure, Renault sort alors son atout, le turbo ! 

renault-5-alpine-2

              Avec sa Renault 5 Alpine lancée en 1976, la Régie répondait à une clientèle avide de performances sans pour autant avoir le budget pour s’acheter de véritables voitures sportives. Avec ses 96Cv, la voiture dispose de quelques atouts mais elle fait face à une Volkswagen Golf 1600 GTI qui, présentée en même temps, en propose 110. Renault fait le choix de laisser vivre la R5 Alpine, il faut dire que le développement de la voiture fut un véritable casse-tête, le projet débuta avec le moteur de la R12 Gordini qui dû être troqué contre le 1300 de la R5 TS porté à 1400cm3.

renault-5-alpine-3

           Mais la réponse de Renault à la Golf GTI arrive pour qui sait attendre, à la fin des années 1970, la Régie se penche sur le turbo pour en faire sa spécialité. Les motoristes de Renault apprennent en Formule 1 puis transposent cet élément sur des voitures de série, tout d’abord avec l’impressionnante Renault 5 Turbo (lire aussi : R5 Turbo 1) en 1981, puis à la Renault 5 Alpine qui devient R5 Alpine Turbo à cette occasion.

renault-5-alpine-6

                 Le 1.397cm3 de la R5 Alpine se voit greffé un turbocompresseur Garrett T3 qui lui offre un surcroît de puissance, la R5 Alpine Turbo peut ainsi se vanter de proposer 110Cv, mais surtout,un couple équivalent à un moteur de deux litres et la consommation d’un 1600. Les performances évoluent dans le bon sesn également avec une vitesse de pointe à 185km/h, 9,1 secondes pour le 0-100km/h ou encore 31 secondes pour franchir le kilomètre départ arrêté.

            L’Alpine Turbo n’est pas qu’une R5 Alpine équipée d’un turbo, la nouvelle venue s’offre également les évolutions apportées à la petite voiture de la Régie : nouvelle planche de bord, pare-brise feuilleté, vitre de custode entrebaillantes… La voiture s’offre même quelques éléments de conforts comme des fauteuils baquets à appuie-tête, lunette arrière chauffante. La carte des options, bien que réduite, reste séduisante avec les vitres électriques, la peinture métallisée, ou encore des pneumatiques Pirelli. Pour le côté sportif, la R5 Alpine Turbo s’équipe de nouvelles jantes en alliage reprenant le dessin de celles équipant les R5 Turbo ou de l’Alpine A310.

renault-5-alpine-1

                  Hélas, quand Renault présente la R5 Alpine Turbo, Volkswagen fait évoluer la Golf GTI en la proposant avec un moteur 1800. Une nouvelle fois distancé, Renault ne répond pas et fait évoluer faiblement sa voiture en proposant seulement des équipements supplémentaires, comme les pneu taille basse ou la direction assistée disponibles à partir de 1983 en option. En 1984, Peugeot présente la 205 GTI (lire aussi : Peugeot 205 GTI)  qui renvoie la R5 Alpine Turbo au rang des antiquités. De toute façon, la voiture est en fin de vie, alors que la Supercinq est lancée (lire aussi : Renault Supercinq), la Régie offre un dernier souffle à son modèle avec la R5 Lauréate Turbo (lire aussi : Renault 5 lauréate Turbo) avant l’arrivée de la Supercinq GT Turbo…