Archives du mot-clé Citroën Type HY

smallcihytub

Citroën Type H (1948-1981)

              Il est certainement l’utilitaire qui a le plus marqué nos campagnes, le Citroën Type H fut commercialisé pendant plus de trente années au cours desquelles il a conquit un large public, du commerçant ambulant aux grandes entreprises, du fermier aux forces de l’ordre… Retour sur l’histoire de ce fourgon.

Citroën Type H (2)

                1945, la France est libérée mais se trouve dans un sale état, plusieurs grandes villes sont à reconstruire, les voies de communication doivent être remises en état, les usines retrouver leur matériel en grande partie pillé. Mais l’industrie repart, lentement mais certainement. Dans cette ambiance, les constructeurs automobiles relance la production de modèles d’avant-guerre, certains qui ont pu effectuer des études dans la clandestinité peuvent se permettre de proposer des nouveaux modèles à partir de 1946. Si la voiture particulière est un secteur important, mené par la Renault 4CV, le segment des utilitaires est un marché prioritaire pour la reconstruction du pays.

Citroën TUB (5)

               Chez Citroën, le président Pierre Boulanger propose, courant 1945, le développement d’un véhicule utilitaire simple par cher, léger et peu onéreux, et met l’ingénieur Pierre Franchiset pour diriger le programme. Mais ses bureaux d’études n’ont pas attendu cet ordre, sous l’occupation déjà, les ingénieurs avaient travaillé, en secret, sur un tel projet afin d’être opérationnel le moment venu. Il faut dire aussi que Citroën avait une belle base de départ avec le TUB (lire aussi : Citroën TUB), un utilitaire apparu quelques temps avant la guerre et qui offrait des solutions innovantes, mais pas exempt de défaut, et notamment son coût de production trop élevé.

Citroen type h prototype

              Grâce au travail clandestin du bureau d’études, Citroën peut mettre au point le Type H en un temps record, seuls deux prototypes ont été nécessaires avant la mise en production du véhicule. Un temps de développement d’autant raccourci que Citroën limite au maximum le nombre de pièces nouvelles : l’ensemble moteur-boite provient de la Traction Avant, tout comme les poignées de portes, compteurs… les essieux de la Traction 15-Six,  les phares, commandes de clignotants de la future 2CV. Sur le premier prototype, Citroën teste une porte latérale pivotante qui s’avère peu pratique à l’usage, elle fut vite remplacée par une porte coulissante comme sur le TUB.

Citroën Type H (a)

               Présenté lors du salon de Paris 1947, le Citroën Type H dévoile une carrosserie en tôles ondulées permettant d’utiliser des tôles de moindres épaisseur en renforçant leur rigidité, une solution éprouvée dans l’aviation sur le Junker JU-52 à partir des années 1930. Avec son moteur positionné à l’avant et transmettant le mouvement aux roues avant, le Citroën Type H offre un plancher plat et proche du sol. Dès sa présentation, le Citroën Type H intéresse bien des professionnels, mais il leur attendre le 1er juin pour que le constructeur aux doubles chevrons ouvre son carnet de commandes et lance véritablement la production du Type H.

Citroën Type H 1948 (1)

                Pour le lancement de sa carrière, Citroën n’édite qu’une brochure commerciale mais ne fait que peu de publicité, de toute façon, la demande pour un tel véhicule est bien présente et les clients viendront eux-même vers le type H, alors pourquoi dépenser dans la communication ? Fin 1948, aux côtés du Type H et ses 1.200kg de charge utile, apparait la variante HZ à la charge utile de 800Kg, portée rapidement à 1.000Kg. Cette même année, Citroën lance l’étude d’une petit utilitaire qui s’installerait sous le type H, le Type G, qui ne fut jamais commercialisé (lire aussi : Citroën Type G).

Citroën Type H (1)

              Le Citroën Type H évolua par petites touches successives, Citroën se contentant du strict minimum. En 1961, le Type H abandonne ses flèches pour des clignotants et un nouvel éclairage arrière, et des moteurs Diesel Perkins sont désormais proposés, en version 1,6 litres pour 42Cv. Puis en 1964, le double pare-brise laisse sa place à un pare-brise en une seule partie, permettant de diminuer les coûts de montage, les moteurs Perkins sont remplacés par des Indenor.

              La gamme du Type H se développe, en 1958, le Type H est remplacé par le HY et ses 1.500kg de charge utile, porté par la suite à 1.600kg. En 1967, Citroën propose le HY en plateau nu (Type HX) destiné aux carrossiers qui habilleront cet utilitaire en bétaillère, ambulance, camping-car… Avec ses formes simples, le HY permet de l’adapter à diverses utilisation, Citroën proposait diverses variantes : fourgon rallongé, pick-up… Entre temps, le Type H se voit concurrencer par l’Estafette qui lui prendra la clientèle urbaine, sans oublier les Saviem SJ et Peugeot J7 qui offrent une alternative plus moderne.

Citroën HY plateau ferme

             Car c’est peut-être un défaut de Citroën, celui de laisser vivre trop longtemps ses modèles, en 1981, le double chevron laisse partir à la retraite le Type H après un dernière exemplaire produit le 14 décembre, portant la production totale du véhicule à 473.289 exemplaires. Le Citroën C35 le remplace dès lors et tenta de reprendre les parts de marché perdues par le HY face à ses concurrents…