Archives du mot-clé ateliers de construction du Livradois

small

Teilhol Tangara (1987-1990)

             En 1987, Citroën décide de stopper la commercialisation de la Méhari lancée 19 ans plus tôt, laquelle avait inaugurée un nouveau créneau en France, celui des voitures de plage. Mais derrière un véhicule ludique se cache aussi un utilitaire prisé dans les campagnes. Souvent copiée, la Méhari ne sera jamais égalée, preuve en est avec sa principale rivale, la Renault Rodéo, qui ne la fera pas vaciller malgré trois refonte du modèle, Renault jette l’éponge en 1986, un an avant la fin de la Méhari. Cette année là, le marché des voitures de plage semble condamné, mais certains artisans-constructeurs vont tenter leur chance, dont Teilhol avec sa Tangara.

Teilhol Tangara (3)

            Teilhol ne part pas de rien, et si ce nom a été oublié dans la conscience automobile nationale, c’était cette entreprise qui produisait les Renault Rodéo, quand celle-ci s’appelait encore ACL (Ateliers de Construction du Livradois), laquelle s’était spécialisée dans le polyester stratifié afin de construire une concurrente à la Méhari qui fut acceptée par Renault. De carrossier (ACL avait en charge les modifications sur base de Renault Estafette), l’entreprise de Raoul Teilhol devient constructeur automobile. Pendant presque 20 ans, la collaboration entre Renault et Teilhol tient et plus de 60.000 Rodéo furent produites.

        Cependant, ces chiffres sont loin de ceux de la Méhari, et Renault, en proie à d’importantes difficultés financières dans les années 1980, se recentre et abandonne plusieurs projets coûteux. Le projet phare de Renault, parti à la conquête des Etats-Unis, s’arrête, tout comme diverses collaborations avec des acteurs extérieurs, dont Teilhol et sa Rodéo.

              Plus de 80% du volume d’affaire de Teilhol s’envole alors, les productions annexes de l’entreprise, à savoir les voiturettes, dont plus de 2.000 sortent de l’usine chaque année, ne permettent pas la survie de l’entreprise, le dépôt de bilan est proche. Toutefois, Teilhol avait débuté une collaboration avec Citroën quelques années plus tôt pour transformer les C15 et C25, l’arrêt de la Méhari vient à point pour lancer une voiture qui pourrait lui succéder. Teilhol développe une petite voiture sur la base de la 2CV6 avec une carrosserie en matériaux composites, ce sera la Tangara, qui fut présentée en Mars 1987 lors du salon de Genève. Simplicité, fiabilité, entretien réduit, et faible poids sont les arguments avancés pour conquérir une clientèle éclectique composée de jeunes, de chasseurs, d’artisans, de personnes voulant une voiture ludique …

Teilhol Tangara (1)

        Pour crédibiliser le projet, Teilhol obtient de Citroën l’accord pour cette transformation, ce qui lui permet d’obtenir des éléments de 2CV à faible coût, et surtout, la garantie des éléments mécaniques dans le réseau Citroën. Tous les voyants semblent au vert pour Teilhol, qui occupe à partir de 1987 un marché laissé vacant par les grands constructeurs tout en proposant un produit cohérent. En un an, plusieurs centaines d’exemplaires furent commercialisés dont une commande de 400 exemplaires réalisée par l’armée française. Le travail est assuré chez Teilhol, et déjà l’on pense à étendre la gamme puisque Citroën propose de mettre à disposition la base de l‘AX, le développement d’un nouveau véhicule débute et donnera naissance à la Théva.

                Quant à la Tangara, une version 4×4 est proposée en option sur la base développée par Voisin, elle ne sera commercialisée qu’à 47 exemplaires. Et si les 29Ch du 602cm3 de la 2CV ne suffissent pas, Teilhol développe une Tangara équipée du moteur d’AX, en reprenant le quatre cylindre de 1.124cm3 de 54ch. La commercialisation fut effective en 1990 et permettait d’avoir une gamme cohérente, apte à répondre à la demande de la clientèle.

Teilhol Tangara 4x4 (1)

            Mais l’année 1990 fut cruelle pour Teilhol, les banques deviennent plus frileuse avec le secteur automobile, sans doute est-ce l’un des effets de l’éclatement de la bulle spéculative des automobiles de prestige ? Quoi qu’il en soit, les banques refusent d’avancer de la trésorerie à Teilhol, lequel fut contraint le 21 Mars 1990 à déposer le bilan, qui fut suivit quelques semaines plus tard par la liquidation de la société. L’aventure de Teilhol prenait fin après 1.100 exemplaires de la Tangara 3CV, et seulement 65 de la Tangara 1100 qui n’aura pas le temps de prendre son envol…