smallful

Simca Fulgur (1958)

              Les concept-car sont des véhicules expérimentaux destinés à tester auprès du public des nouvelles formes de carrosseries, des idées novatrices; et permettent de dessiner ce que sera la voiture du futur à court ou moyen terme. Rarement les constructeurs s’intéressent à l’avenir de l‘automobile à long terme, mais certains concept-car démontrent le contraire, comme la Simca Fulgur.

Simca fulgur (2)

               La Simca Fulgur n’est pas à proprement parler une initiative de Simca, puisque ce projet émane du « Journal de Tintin » qui a invité les constructeurs à développer un concept-car pour préfigurer ce que sera la voiture de l’an 2000. Seul Simca y répond, la firme à l’hirondelle met le jeune designer Robert Opron sur le projet qui dessine la voiture comme un vaisseau spatial. Le jeune designer s’intéresse aussi à l’aérodynamisme et peut s’essayer en toute liberté sur ce projet, qui le fera remarquer et qui intégrera par la suite Citroën où il signera de nombreuses créations…

Simca fulgur (8)

                 Mais revenons sur la Fulgur, ce prototype est construit en 1958 afin d’être présenté au salon de Genève 1959. Simca s’inscrit alors dans la ligné des constructeurs américains qui tentent de prédire l’avenir avec des concept-car futuristes. Cette étude est accompagnée d’une fiche technique qui liste les équipements qui, l’on pense alors, vont s’imposer à l’avenir : la voiture est commandée par un radar qui détecte le type de route, la voiture se contrôlant elle-même par un cerveau électronique; la voiture est mise en mouvement par une pile atomique lui permettant de parcourir 5.000km en alimentant le moteur, lequel pourrait s’alimenter par induction électromagnétique les routes ainsi équipées.

Simca fulgur (7)

                 Aussi, la voiture devra, au-delà de 150km/h, se maintenir en équilibre sur ses roues arrières à l’aide de deux gyroscopes et ses ailerons arrières qui l’aideront à se stabiliser ainsi qu’à la diriger. A cela se rajoute une suspension électromagnétique et divers autres inventions du même type… Bref, les ingénieurs avaient alors foi en l’avenir. Bien évidement, la Simca Fulgur reste une maquette et n’est équipée d’aucune de ces « inventions ».

              Quant à l’habitacle de la Simca Fulgur, celui-ci est insonorisé ainsi que climatisé, et recouvert d’un pavillon en plastique antireflet pour éviter l’effet de serre à l’intérieur. Les fauteuils quant à eux sont développés pour offrir le meilleur maintien possible à ses occupants, ils permettent aussi par un astucieux système de basculement de faciliter l’accès à son bord comme d’en sortir !

Simca fulgur (pub)

            Présentée au salon de Genève 1959, la voiture fait fureur auprès du public qui s’émerveille sur l’avenir de la technique sur le long terme, ce prototype permet aussi de voir se concrétiser le rêve de la voiture volante. La voiture est par la suite envoyée au Salon de New-York en 1960, puis au Chicago Auto Show 1961. Voilà tout ce que l’on pouvait dire sur cet étrange concept-car…

            Seul un mystère perdure, la Simca Fulgur était-elle un concept-car roulant ? De nombreuses photos la montrent sur la route, mais était-ce des photos de mise en situation ? Mystère…

 

Une réflexion au sujet de « Simca Fulgur (1958) »

  1. on l’ a échappé belle! heureusement que Robert Opron s’est rattrapé chez Citroën avant de passer chez Renault et Alfa-Roméo. mais il est vrai que le but de la Fulgur était de faire rêver à l’an 2000 qui faisait fantasmer à l’époque. Au fait Robert Opron a commencé sa carrière de styliste chez Arthur-Martin!

Laisser un commentaire