DSC_0473

Rétromobile 2015 : La collection Baillon

            L’exposition star de Rétromobile 2015, c’était la collection Baillon  redécouverte par la maison Artcurial fin 2014, laquelle était exposée dans un pavillon annexe spécialement réservé pour cette dernière : le hall 2.1. Très attendue, cette exposition était pour beaucoup de visiteurs le premier arrêt après avoir passer les portillons du parc des expositions, Artcurial annonçait plus de 15.000 visites par jour dans ce pavillon.

            Cette exposition n’avait rien d’habituel, le hall était plongé dans le noir et les voitures étaient faiblement éclairées, le tout avec de la musique classique comme fond sonore. Si l’intention est louable et l’ambiance réussie, il était dommage de ne pas pouvoir profiter de ces voitures dans les moindres détails, et une lampe de poche n’était pas de trop pour détailler les voitures. Mais cette exposition reste réussie, les principales voitures étaient magnifiquement exposées, bien que quelques unes étaient trop peu espacées.

              Que dire de plus, l’état des voitures était connu avant l’exposition, certaines voitures sont de bonnes surprises et leur état n’est pas si dégradé que ça, sur certaines, une bonne remise en route et ça pourrait repartir. Ou presque. Mais ceci reste le cas pour une minorité de véhicules présent, rouille, peinture ternies, éléments manquant étaient au rendez-vous. Quant à la vente qui a eu lieu Vendredi en début d’après midi, les résultats sont accessibles ici : résultats de la vente de la Collection Roger Baillon.

Les voitures en elle même, on en connaissait déjà l’état, mais pas encore les prix. On vous laisse juge et un article complet sur la vente arrive.

 

Ferrari 250 SWB California Spider – 1961

DSC_0473

DSC_0466

DSC_0485

          C’était la star de la collection, retrouvée dans un garage sous une pile de vieux journaux, cette rare Ferrari 250 California Spider, qui fut d’antan la propriété d’Alain Delon, a été vendue 14.200.000 frais non compris, ce qui constitue un record mondial pour le modèle. L’acheteur n’est pas connu mais la voiture part à l’étranger d’après le commissaire-priseur.

Maserati A6G 2000 Grand Sport Berlinetta Frua – 1956

DSC_0582

DSC_0573

DSC_0598

            Trois exemplaires seulement pour cette Maserati qui était stockée aux côtés de la Ferrari 250 SWB California Spyder, vendue 1,72 millions d’euros.

Talbot-Lago T26 Grand Sport SWB Saoutchik – 1949

           Cette Talbot-Lago T26 G Grand Sport fait partie des 6 voitures ainsi habillées par Saoutchik, le modèle présenté est celui du salon de Paris 1948 . Elle est devenue lors de la vente aux enchères l’épave la plus chère au monde, dont je vous invite à découvrir l’histoire ici : Talbot-Lago T26 par Saoutchik.

Talbot-Lago T26 Record Cabriolet par Saoutchik – 1948

              Cette Talbot-Lago T26 Record Cabriolet est un exemplaire unique, commandé par la famille royale d’Egypte. Voiture rapatriée en France peu de temps avant la révolution qui destitua le Roi Farouk, la voiture fut revendue à Roger Baillon quelques années plus tard. Je vois invite également sur ce modèle à visiter ce lien pour connaitre son histoire : Talbot-Lago T26 Record Cabriolet.

Delahaye 135 M Cabriolet Faget-Vernet – 1948

 

Talbot-Lago T26 Record Fastback par Saoutchik

 

Bugatti Type 57 – 1937

 

Delahaye 235 Coach Chapron

 

Facel Vega Excellence – 1960

 

 Panhard Dynamic X77 – 1936

Panhard Dynamic Coupé X96 – 1936

 

 

DSC_0745

 

Porsche 356 SC – 1963

 

Voisin C24 Limousine – 1933

 

Voisin C7 Berline par Gallé – 1927

 

Delage D8-15S Coach Autobineau – 1930

 

Delage D6-11 Coach – 1934

 

Delahaye 135 Coach Chapron – 1948

 

Sandford Cyclecar

 

Packard Super Eight Cabriolet – 1938

 

Renault Viva Grand Sport Cabriolet ACX2

 

Talbot-Lago T11 Cadette

 

Talbot-Lago T26 Coach Superprofilé – 1948

 

Lorraine-Dietrich B3-6

 

Innoncenti S Cabriolet

 

Delahaye GFA 148L Limousine – 1949

 

Talbot-Lago M27 Cabriolet – 1928

 

Lorraine-Dietrich A4 Torpédo

Lorraine-Dietrich B3-6 Torpédo par Grummer

 

Audi Front 225 Cabriolet – 1936

 

Lagonda LG45 Cabriolet – 1936

 

 Ariès Type CC4S Coach – 1930

Ballot Berline par Chapron

 

Berliet Type VIGB Taxi par Landaulet – 1926

 

Berliet Type VRC Limousine – 1930

 

Barré Torpédo

 

La Buire 12A Torpédo – 1928

 

Delaunay-Belleville Type VL8 Limousine – 1932

 

Mathys Emysix Type SMO

 

Amilcar C8 Berline – 1930

 

Amilcar CGSS – 1928

 

Delahaye Type 43 Coupé chauffeur Audineau – 1914

 

Delahaye Type 43 Camion-plateau – 1911

 

Renault Type EU – 1918

 

Voisin C3 – 1923

 

Lancia Thema 8.32 – 1987

4 réflexions au sujet de « Rétromobile 2015 : La collection Baillon »

  1. Il faut aussi penser qu’une voiture ancienne même « chère » ne rentre pas dans l’ISF.
    Et certains collectionneurs en profitent pour transformer leur part d’ISF en achat d’anciennes, ce qui fait aussi monter certaines cotes. Mais fait aussi diminuer le nombre de véhicules anciens qui roulent. Un collectionneur ISF ne sera pas forcément un passionné, et n’aura pas forcément envie de passer son dimanche matin à sortir son ancienne :)

  2. Je n’ai pas eu la chance de pouvoir réaliser d’aussi belles photos. Heureusement j’ai le catalogue ! Petite critique: je crois que la 235 Chapron est plus une Delahaye qu’une Delage! Ce sont certes deux marques françaises aussi prestigieuses et contemporaines mais elles sont différentes. Merci pour vos publications qui contribuent à prolonger
    le plaisir (angoissant pour cette collection Baillon,très « cimetière » ) éprouvé à cotoyer ces rêves d’antan.Nous en reverrons sans doute quelques exemplaires renés tels des Phénix grâce aux compétences artistiques de vrais carrossiers. L’argent de richissimes ne me dérange pas, même en cas de spéculation, car ces chefs d’oeuvre méritent amplement de perdurer.

    1. Je vous remercie pour vos commentaires sur les photos. Et pourtant, je ne les trouve pas si géniales que ça, bien loin de l’idée des photos que j’avais envie de faire. Mais il faut dire que l’exposition n’aidait pas les photographes, plongée dans le noir… Mais quel régal pour les yeux, la mise en scène était très réussie, petite critique en revanche sur quelques véhicules entassés à l’entrée … mais la place est l’éternel combat du collectionneur.
      Je vous remercie aussi d’avoir souligné la confusion que j’ai faite entre Delage et Delahaye, voilà qui va être corrigé dans la foulée de ce commentaire.
      Je rejoins également votre avis sur l’argent et la spéculation, tant que cela permet de sauver des chefs d’œuvres, tant mieux pour le patrimoine automobile. Ces voitures auraient-elles eut une telle exposition sans l’explosion des prix des anciennes haut de gamme ? Sans doute pas, et peut être auraient-elles été laissées à leur sort quelques décennies de plus sous leurs abris de fortune … Mais on peut critiquer le prix mis sur certaines voitures populaires, comme la Citroën C3 à 23.000€, modèle qui se vend quasiment moitié moins en bon état … Mais c’est un autre débat.

      1. Je ne suis pas d’accord avec vos commentaires. L’envolée (!) des prix n’a rien à voir avec la conservation du patrimoine, sachant que les prix atteignent des sommes astronomiques même pour des véhicules en excellent état!
        Avec la mondialisation, des fortunes colossales se créent et la « valeur » patrimoniale de certains modèles n’a plus rien à voir avec les sommes complètement « démentes » atteintes lors des ventes aux enchères, y compris pour des voitures populaires peu rares, ce qui tend à démontrer que ces « conservateurs du patrimoine » sont des ignorants qui ne savent vraiment plus quoi faire de leur argent. Les smicards n’en sont pas là!
        Il y a trop d’argent en circulation dans le monde, argent qui ne correspond plus à l’économie « réelle » et les richissimes investisseurs ne savent plus quoi faire de leurs dollars. Alors on investit dans l’ immobilier, dans des spéculations boursières à risques, dans des œuvres d’art, dans des clubs de foot, etc. Ca monte, ça monte… Spirale sans fin en apparence, jusqu’au jour où….

        Des tas de petits collectionneurs n’ont qu’un véhicule ou deux, davantage s’ils ont commencé leur collection assez tôt, et participent activement à la conservation du patrimoine avec assez peu de moyens. Donnez leur une des voitures de la collection Baillon et beaucoup sauront la restaurer…(ou la reconstruire) parfaitement sans faire appel à des artisans!

        Acheter une épave quelques millions de dollars, quel intérêt? Certains véhicules remis en état n’ont plus que 10% ou 20% de pièces d’origine…Autant parler de copie plutôt que de restauration ou de reconstruction.
        Des tas de châteaux, d’églises, de cathédrales, d’abbayes sont plus ou moins en ruine et trop abimés pour être restaurer. On se contente de consolider l’existant afin de stopper la dégradation, mais ces monuments font partie du patrimoine, non?
        Pas besoin de multimilliardaires pour reconstituer ou reconstruire ces bâtiments.

        Quant au mécénat, il est vraiment GRAVE de voir que la majorité des états n’ont plus les moyens d’entretenir, de restaurer ou de conserver sur leur sol leur patrimoine et de voir que ce sont parfois des sociétés qui échappent à l’impôt (!), voire de sinistres spéculateurs qui se présentent comme de généreux mécènes.

        Enfin, quel intérêt REEL pour le patrimoine, qu’une voiture ait appartenu à Lord Machinchose, au roi du Spoutzinistan, à telle vedette du cinéma ou du music-hall, sachant que pour la majorité de ces gens là, ce véhicule n’avait aucune valeur affective et changeait souvent rapidement de main car très vite démodé?

        Enfin, pour moi le patrimoine, par définition, doit rester sur le sol de l’Etat…voire restitué, surtout ce qui a été pillé lors de guerres à l’étranger ou par des touristes ou archéologues peu scrupuleux! Certains pays demandent la restitution d’œuvres dont on les a spoliés.

        Enfin, petit rappel historique: la Révolution Française à fait « Bien National » le Louvre et ses collections, Versailles et son parc, entre autres.
        Des articles TRES intéressants sur la notion de « patrimoine » et son rapport avec l’Etat français :
        http://www.vmfpatrimoine.org/patrimoine-pratique/histoire-du-patrimoine/revolution-a-1810/
        http://www.vmfpatrimoine.org/patrimoine-pratique/histoire-du-patrimoine/1810-a-1837/
        http://www.vmfpatrimoine.org/patrimoine-pratique/histoire-du-patrimoine/1840-a-1914/
        http://www.vmfpatrimoine.org/patrimoine-pratique/histoire-du-patrimoine/lentre-deux-guerres/
        http://www.vmfpatrimoine.org/patrimoine-pratique/histoire-du-patrimoine/1945-a-1970/
        http://www.vmfpatrimoine.org/patrimoine-pratique/histoire-du-patrimoine/de-1970-a-2001/
        http://www.vmfpatrimoine.org/patrimoine-pratique/histoire-du-patrimoine/questions-actualite/

Laisser un commentaire