small

BMW E21 BAUR TC1 (1977-1982)

                BMW a pendant longtemps sous-traité la réalisation des cabriolets au carrossier Baur, avant de les reprendre dans les années 1980 avec la E30 Cabriolet présentée en 1986. En attendant, la totalité des séries  3 cabriolet ont été réalisés par Baur, cap avec la première « vraie » série 3, la E21 cabriolet Baur TC1.

BMW E21 Baur TC1 (1)

                Entre Baur et BMW, c’est une relation qui dure puisque celle-ci s’est ouverte dans les années 1930, soit peu de temps après que BMW s’intéresse au monde de l’automobile, et qui s’est intensifiée dans les années 1950 avec la sous-traitance des carrosseries BMW en attendant que la marque se reconstruise au lendemain de la seconde guerre mondiale. Puis dans les années 1960, c’est en créant des cabriolets que Baur se remarque, encore plus avec son « Top-Cabriolet » monté pour la première fois sur la 2002, puis pleinement exploité sur la BMW E21.

                Le Top-Cabriolet était une transformation qui permettait à la voiture de disposer d’une capote au-dessus des places arrière et d’un toit rigide escamotable au niveau des places avant. Si la BMW E21 apparaît dans les concessions en 1975, il faut attendre le millésime 1977 pour que soit proposée dans le catalogue cette transformation par Baur : c’était la BMW E21 TC1 (pour Top-Cabriolet).

BMW E21 Baur TC1 (5)

                Le processus de fabrication était étonnant, car le Top-Cabriolet était commercialisé comme une option chez BMW. Ainsi, quand le client commandait une E21 avec cette option, BMW construisait une E21 de série puis l’envoyait dans les ateliers de Baur à Stuttgart. La voiture était alors démontée pour voir son toit découpé et remplacé par le système TC. Bien évidemment, pour rigidifier la structure, des renforts sont montés sur la caisse, notamment avec un arceau. Celui-ci permet aussi de faire la séparation entre la capote et le toit rigide. (Au passage, le toit démontable venait se ranger dans le coffre de la voiture).

BMW E21 Baur TC1 (3)

                Hélas, ce système de production n’était pas économiquement viable et l’option valait un tiers du prix d’une E21 (89.956 francs pour une 323i en 1982, l’option Baur rajoutait 26.192 francs sur la facture). Malgré tout, entre 1977 et 1982, c’est 4.595 exemplaires qui furent transformés par Baur, une belle réussite au vu du prix de cette option.  Cela marquait aussi le début d’un intérêt pour les cabriolets, ce qui allait se confirmer avec sa remplaçante, la BMW E30 Baur TC2… 

Laisser un commentaire