Archives du mot-clé Citroën GS

smallcitrgsx

Citroën GS X (1974-1979)

           Septembre 1974, la gamme GS reçoit de nouvelles recrues, une version haut de gamme nommée Pallas ainsi qu’une version sportive répondant au blason GS X2. Pour ceux voulant l’aspect du sport sans les finances en adéquation, Citroën propose la GS X… 

Citroen GS X (1)

          En 1970, Citroën dévoile la GS, le double chevrons a enfin trouvé le chainon manquant entre la 2CV et la DS, comblé jusque là avec des dérivés de la 2CV qu’étaient les Ami6 puis Ami8. La GS est conforme au cahier des charges demandé par la direction, pouvant accueillir cinq personnes, rouler à 150km/h, le tout dans le confort conféré par la suspension hydropneumatique. La GS est alors disponible en finition Confort (entrée de gamme) et Club, et seulement en berline à ses débuts, le break (et la version Service) suivent début 1971. La base de la GS est bonne et laisse entrevoir la possibilité d’adopter des moteurs plus puissants. En 1972, le 1.015cm3 des débuts est épaulé du 1220 puis, en 1974, Citroën remanie la gamme GS, et aux côtés de la luxueuse Pallas, il apparait des versions à vocation sportive, dont la GS X.

CITROEN GS BREAK - 1971 (1)

1971 : la gamme GS commence à se mettre en place

            En même  temps qu’était présentée la GS X, Citroën dévoilait la GS X2. Cette dernière était la véritable « sportive » de la gamme avec son moteur 1220cm3 dont la puissance est poussée à 65Cv. A ses côtés, la GS X tient davantage de l’audace commerciale : Citroën reprend la présentation extérieure et intérieure de la GS X2 mais ne lui donne que le petit moteur de la gamme GS, le 1.015cm3 de 55,5 Cv. Pour faire simple, la GS X n’est qu’une GSpécial en habits de sport, une solution pour proposer une voiture à l’aspect sportif pour un prix réduit.

Citroen GS X (3)

            Ainsi, les GS X et X2 partagent la même panoplie : deux feux longue-portée Cibié se greffent sur une calandre noire, les pare-chocs avant reçoivent une lame en caoutchouc, les jantes accueillent de petits enjoliveurs à écrous visibles. Les GS X et X2 proposent un coloris spécifique, le jaune Hélianthe, et avec cette teinte, le client bénéficie des entourages de vitres latérales de couleur noire. Si le client trouvait cette couleur trop tape-à-l’œil, il pouvait opter pour une teinte du nuancier GS, mais il perdait alors les entourages noirs. Quant à l’habitacle, le conducteur et son passager bénéficient de fauteuils dits « mummy » dérivés de la GS Birotor mais recouverts de skaï. De la Birotor est également repris en grande partie le tableau de bord proposant plusieurs compteurs et voyants.

Citroen GS X (4)

               La recette GS X et X2 est reconduite sur le millésime 1976 sans changement notable à l’exception de la teinte spécifique : le jaune Hélianthe laisse sa place au Bleu Hunaudières (un nom évocateur). Pour le millésime 1977, la GS X reçoit un pare-chocs teint noir et un nouveau tableau de bord, désormais issu de la gamme GS (l’arrêt de la GS Birotor en 1975 n’y est certainement pas pour rien). L’équipement de la GS X se rapproche de celui de la X2 avec l’allume-cigare et feux de recul de série, seule la lunette arrière chauffante reste en option sur la GS X. Enfin, la teinte spécifique à 1977 est le rouge soleil, toujours proposée avec les encadrements de vitres teints en noir.

Citroen GS X (2)

             En 1978, la Citroen GS X reçoit, comme l’ensemble des GS, la nouvelle calandre à barres horizontales ainsi que des jantes à voile plein. Fini les longues-portées, la GS X offre désormais deux antibrouillards provenant toujours de chez Cibié mais situés sous le pare-chocs qui perd son butoir en caoutchouc contre deux butoirs de GS Club ou Pallas. Pour finir avec l’extérieur, la teinte spécifique de ce millésime est l’orange Ibiza, mais qu’importe la teinte choisie, toutes les GS X adoptent les encadrements noirs. A l’intérieur, les fauteuils reçoivent une combinaison simili cuir et tissu à motif Jersey Prince de Galles. L’évolution la plus notable se trouve sous le capot, le moteur 1.015cm3 est arrêté, la GS X (comme la GSpécial) reçoit un nouveau moteur de 1.130cm3 affichant une puissance de 56Ch, à peine un cheval de plus mais atteint à un régime inférieur et donc avec une consommation moindre. On notera toutefois la boite de vitesse de la GS X plus courte que celle de la GSpécial pour accentuer le comportement « sportif » de la voiture.

Citroen GS X (6)

Ci-dessus, une GS X2 modèle 1978.

              En 1979, la GS X2 cède sa place à la X3, la GS X reste au catalogue mais sans teinte spécifique. Comme sur l’ensemble des GS, on abandonne les monogramme contre des badges autocollants situés sur le bandeau de coffre, la GS reçoit également un nouvel habillage intérieur. 1979 fut la dernière année pour la GS X, l’arrivée de la GSA en juillet de cette année met un terme à cette version, seule subsiste la nouvelle GSA X3 comme voiture à vocation sportive. Il est à noter que Citroën reprendra cette même recette à partir de juillet 1982 pour réaliser la GSA X1.