La page de la Citroën GS & GSA

          Produite de 1970 à 1986, les Citroën GS et GSA marquent le renouvellement de l’offre du constructeur au double chevron sur le segment des 7Cv. Avec ses solutions typiquement « Citroën », la GS puis GSA arriva à convaincre la clientèle avec presque 2,5 millions d’unités écoulées…

_________________________
Liste des articles

CITROEN GS DRAPEAU (1)

Citroën GS Drapeau (1971)
En 1971, la Citroën GS remporte le titre de voiture européenne de l’année, l’occasion pour Citroën de communiquer avec une GS arborant les drapeaux d’une partie des pays européens…  Présentée au grand public lors du Salon de l’Automobile de Bruxelles qui se tient en janvier 1972, la GS Drapeau permet une … [en savoir plus…]

citroen-gs-birotor-9Citroën GS Birotor (1973-1975)
Dans sa quête à l’innovation permanente, Citroën s’éparpille et lance plusieurs projets en même temps, le développement du moteur rotatif fut l’un des errements du double chevrons qui donna naissance au prototype M35 puis à la GS Birotor qui connaîtra un échec notoire… [en savoir plus…]

Citroen GS X (3)Citroën GS X (1974-1979)
Une gueule de sportive sans être une sportive, voilà comment résumer la GS X. Cette version tient de l’audace commerciale, elle allie l’aspect extérieure de la GS X2, la véritable sportive des GS, sur une base de GSpécial, une version proche de l’entrée de gamme… [en savoir plus…]

Citroën GS Basalte (1)Citroën GS Basalte (1978)
Depuis la 2CV Spot de 1976, Citroën offre une série spéciale chaque année dans sa gamme. L’année 1977 voit apparaître la Dyane Caban, 1978 la GS Basalte. Cette dernière fut développée pour écouler les stocks d’équipements destinés aux GS américaines… [en savoir plus…]

1 réflexion sur « La page de la Citroën GS & GSA »

  1. Bonjour,
    Mon père avait acheté la GSpécial en 1978 (modèle 1979) donc parmi les dernières GS juste avant la GSA.Sa voiture précédente était une Ami 8 break, la différence de « standing » était flagrant :confort, bruit, équipement, freinage, moteur et même tenue de route. La GSpécial ressemblait à un pullmann » comparativement à l’Ami 8 niveau confort. Le plus gros inconvénient sur la GS était l’entretien contraignant (comparativement à l’Ami 8 en particulier) surtout concernant le système hydropneumatique, certe performant et super agréable, mais il ne fallait surtout pas que de l’air rentre dans le circuit (même principe que le circuit de frein sur une voiture classique), je me souviens que mon père n’était pas du tout habitué à un entretien aussi rigoureux sur une voiture.
    Finalement, mon père l’a revendu vers 1985 après quelques soucis mécaniques suite à un entretien insuffisant. Il a alors acheté une Triumph Acclaim, une sorte de mélange Honda/Triumph, voiture hélas de qualité assez médiocre et pas très fiable.
    Voilà pour l’histoire !
    Personnellement, j’aurais préféré une GS X3 pour plus de puissance et aussi pour la présentation mais elle était nettement plus chère.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *