small

Volkswagen Type 147 « Fridolin »

                Dans les années 1960, l’Europe est dans une période faste, les « trente glorieuses » comme on les appellera plus tardivement. La forte croissance économique connue par ces pays ouvre de nouvelles perspectives, tout aussi bien du côté des particuliers que des Etats. L’automobile fait parti de ces produits qui se démocratisent à cette époque, beaucoup de pays vont doter leurs administrations de tels moyens, et par favoritisme national, plusieurs véhicules spécifiquement conçus pour les administrations vont apparaître, tel est le cas en Allemagne avec la Volkswagen Fridolin.

z.fb

             Au cours des années 1950, la Poste fédérale allemande est à la recherche d’un véhicule pour motoriser ses postiers, l’on se met à regarder du côté des différents constructeurs nationaux, et notamment Volkswagen qui dispose d’une voiture bon marché, la « Coccinelle ». Si certaines d’entre elles auraient été utilisées pour les livraisons du courrier dans les campagnes, l’on se rend rapidement à l’évidence : cette voiture n’est pas faite pour cette mission, trop petite d’une part, mais aussi peu pratique, notamment pour monter et descendre fréquemment du véhicule… Autre véhicule qui intéresse les postiers, le Combi VW, mais celui est trop grand pour effectuer les tournées d’un facteur.

                 Malheureusement, entre ces deux véhicule, Volkswagen ne propose rien, et ce n’est guère mieux du côté des autres constructeurs allemands. Le ministère en charge des Postes connait le problème et avait sans doute mandaté quelques carrossiers de répondre à ce manque. Schneider Voll, carrossier basé à Würburg réalise en 1956 un petit fourgon sur la base d’une Volkswagen Coccinelle, mais le véhicule ne répond pas aux attentes d’alors.

proto VW

                Faute de trouver mieux, la Poste fédérale allemande passe un contrat avec le constructeur Goggomobile pour la livraison de 700 petits utilitaires, un petit contrat pour effectuer une expérience à grande échelle du véhicule. Mais l’essai ne fut que peu concluant, le petit moteur deux temps peine à pleine charge, et manque de fiabilité. D’ailleurs, les Goggomobile 700 avaient la fâcheuse tendance de voir ses bougies s’encrasser, obligeant le postier à les nettoyer au cours de sa tournée… Au final, nombre de lettres arrivent avec des traces d’huile…

Goggomobile 700 - deutsch post

                  Après cet essai manqué, il ne reste plus d’alternatives pour la poste allemande. Une dernière carte restait à jouer, convaincre un constructeur de développer un véhicule spécifique pour cette mission. Et c’est du côté de chez Volkswagen que l’on se tourne, tout le monde connait l’adaptabilité de la Coccinelle, déjà déclinée en Karmann Ghia, en Type 3 depuis 1961 ou encore en Volkswagen Combi en reprenant la même recette.

              Les différents acteurs se retrouvent donc autours d’une table et élaborent ensemble le cahier des charges de la future voiture. Celle-ci devra disposer de deux mètres cube de charge utile, dont la capacité de charge devra se situer entre 350 et 400kg. A cela se rajoute, pour faciliter la tâche du postier, un accès facile au véhicule qui devra être conféré par une position de conduite haute et de portes coulissantes. Et pour convaincre Volkswagen de lancer le développement du véhicule, la Poste fédérale allemande fait part de son intention d’acquérir entre 7.000 et 8.000 unités.

               Les études sont lancées début 1960 sous le code EA 149, avant que le véhicule ne devienne Volkswagen Typ 147. Le projet est étudié conjointement entre Volkswagen et le carrossier Westfalia. Pour limiter les coûts, de nombreuses pièces proviennent de la grande série : moteur et transmission viennent de la Coccinelle, le châssis est celui du Karmann Ghia, choisi pour sa largeur plus grande. Le hayon arrière est repris sur le Combi, tout comme les tôles entourant le moteur…

             Le 02 Avril 1962, une première maquette en plastiline à l’échelle 1/8ème est présentée au ministère des Postes Allemandes, qui valide le projet, permettant de construire le premier prototype. Il fut suivit par trois modèles de présérie réalisés entre Févirer et Aout 1963, permettant d‘effectuer des tests; avant d’être officiellement présenté en Septembre 1963. Le véhicule suscite alors l’intérêt de Postes étrangères.

                La production du Type 147 débute en Février 1964, elle se terminera dix ans plus tard après 6.139 unités produites. Plus de 5.000 d’entre elles furent achetés par la Poste Fédérale Allemande, le reste fut acquis par les Postes suisses (qui se distinguent par leur moteur 1300 au lieu du 1200). Enfin, quelques unités ont été écoulées au compte goutte à Lufthansa, ainsi qu’à quelques opérateurs privés.

                 De 1964 à 1974, la Volkswagen Type 147 a connu quelques évolutions, notamment en 1971, on lui rajoute alors une trappe de ventilation sur le tout, ainsi que des vitres dans les coins afin de conférer la meilleure visibilité possible. C’est aussi dans cette optique que la lunette arrière est agrandie.

               Si la production de la Volkswagen Type 147 est arrêtée en 1974, la Poste Allemande a parfois demandé, et ce jusqu’en 1977, que Volkswagen lui fabrique quelques unités supplémentaires à partir des pièces en stocks. Mais petit à petit, la nouvelle  Volkswagen Golf,  dans une version spécifique pour les services postaux, saura répondre aux attentes des postiers et remplacera petit à petit les « Fridolin », qui quittent petit à petit la scène, parfois vers une fin chez les casseurs ou ferrailleurs. Heureusement, quelques passionnés ont réussi à sauver quelques exemplaires, mais la voiture hélas, reste rare…

2 réflexions au sujet de « Volkswagen Type 147 « Fridolin » »

Laisser un commentaire