Archives du mot-clé Pichon Parat Dolomites

smallpichpardolom

Pichon Parat Dolomites (1953-1956)

              Au début des années 1950, tout semble possible pour de nouveaux venus dans le monde automobile. Le carrossier français Pichon Parat lance en 1953 un coupé sur base Panhard destiné à la compétition, la Dolomites… 

Pichon Parat Dolomites (4)

           Après la Seconde Guerre Mondiale, alors que les grands carrossiers français tente de se relancer pour retrouver leur lustre d’antan, de nouveaux acteurs se lancent et certains rencontrent le succès, c’est notamment le cas de Pichon Parat. Fondé par Bernard Pichon et André Parat, deux amis de longue date habitant à Sens, l’atelier de carrosserie qui porte leurs noms commence en carrossant des voitures américaines – souvent de seconde main ou accidentées – en véhicule utilitaire ou break, puis ils proposent en 1950 de modifier la Ford Vedette en berline trois volumes ou en break, une modification remarquée, suivie d’une exposition au salon de l’automobile de Paris 1951 où Pichon Parat y dévoile une Renault 4CV Coupé.

Pichon Parat Dolomites (5)

               En parallèle, Bernard Pichon, passionné par la compétition automobile, s’engage dans certaines épreuves comme le Liège-Rome-Liège ou les Mille Miglia à bord d’une Peugeot 203, il y remarque les Panhard Dyna qui sont agiles dans les épreuves et performantes dans la catégorie des voitures de 750cm3. Une telle voiture équipée d’une carrosserie légère et profilée pourrait être une arme absolue dans cette catégorie, il imagine donc une berline basée sur la Panhard Dyna Junior, une base bien connue chez Pichon Parat puisque le carrossier propose dans son catalogue une version coupé.

Pichon Parat Dolomites (1)

             Comme toujours, Pichon imagine, Parat donne vie. La voiture dispose d’un pavillon surbaissé, d’un pare-brise composé en deux vitres disposées en V, des ailes arrière se terminant avec de légères ailerons. Cette carrosserie imaginée sans étude aérodynamique, fabriquée à la main et de façon empirique, il s’en dégage néanmoins une certaine élégante et une ligne racée. Le premier exemplaire est construit début 1953, mis au point au cours de l’été et présenté lors du salon de Paris 1953, il prend la dénomination Dolomites, région italienne montagneuse par laquelle passe le rallye Liège-Rome-Liège, une référence de l’époque.

Pichon Parat Dolomites (2)

                 La Pichon Parat Dolomites est réalisée sur la base d’une Panhard Dyna, elle est disponible avec le bicylindres à plat dans sa version 750cm3 de 42Ch ou 850cm3 et 52Ch, et habillée d’une robe en Duraluminium qui permet à l’ensemble de peser 510kg. Sur une publicité, on apprend aussi que la Dolomites peut être montée sur un châssis D.B., autre artisan français proposant des voitures sportives motorisées par Panhard. Pichon Parat promet surtout une voiture à la carte pour concevoir une Dolomites sur mesure : quatre phares, calandre agrandie, pare-brise panoramique…

Pichon Parat Dolomites (3)

                Surtout, Bernard Pichon n’hésite pas à s’engager en compétition avec une Dolomites, et de nombreux clients passent commande pour engager cette voiture dans divers rallyes régionaux. Proposée entre 1953 et 1956, on estime à une petite cinquantaine d’exemplaires de Dolomites vendues, des voitures qui disparaitront petit à petit lorsque leurs propriétaires trouveront meilleure voiture. Pichon Parat proposa dès 1955 le coupé Izoard réalisé sur base 4Cv, mais ce carrossier improvisé constructeur ne brilla que peu en compétition, moins que des concurrents français comme Deutsch Bonnet.