Archives du mot-clé méhari

smallcimharu

Citroën Mehari US (1970-1971)

            En 1968, Citroën lance la Méhari, une voiture d’un genre nouveau en France qui vise le marché de la voiture de loisir. Dans le même temps, Citroën tentait de s’imposer aux Etats-Unis et disposer d’un petit réseau de distribution. C’est ainsi que la Méhari débarque aux Etats-Unis à partir de 1970 mais elle n’y connait qu’une carrière éphémère… 

citroen-mehari-us-5

            Présentée en 16 mai 1968, la Citroën Méhari est une voiture totalement nouvelle qui vise un marché encore balbutiant qu’est celui de la voiture de loisirs. La voiture se distingue, entre autres, par une carrosserie en matériau synthétique, et s’impose rapidement sur le marché français. Ce rapide succès donne l’idée à Citroën de faire débarquer ce modèle aux Etats-Unis où il est présent avec sa DS (lire aussi : Citroën aux Etats-Unis), certaines régions comme la Californie sont demandeuses de voitures de loisirs, la Méhari pourrait y avoir ses chances.

citroen-mehari-us-4

             Ainsi, Citroën prépare la Méhari aux normes américaines plus strictes que celles présentes en France, ce qui lui permet d’y être commercialisée dès l’année 1970. La Méhari subit de nombreuses modifications,  la plus importante se situe sur la face avant qui est modifiée pour recevoir des phares surdimensionnés, la Méhari américaine reçoit également des Catadioptres latéraux, un feux de recul, un pare-choc arrière droit, une porte de coffre spécifique pour accueillir une plaque d’immatriculation américaine.

citroen-mehari-us-2

              Surtout, les Etats-Unis n’acceptent pas d’homologuer une voiture dont la carrosserie est en matériaux synthétiques. Heureusement, la législation américaine permet de ruser en homologuant la voiture dans la catégorie des véhicules utilitaires, ce qui permet aussi de se dispenser des ceintures de sécurité.

citroen-mehari-us-3

              Hélas, la Citroën Méhari ne trouva jamais son public outre Atlantique, malgré quelques réussites  auprès des loueurs de voitures, notamment auprès de Budget Rent-a-Car qui en commande 1.000 exemplaires pour Hawaï. Mais hormis ces succès d’estime, le grand public resta insensible à la voiture, si bien que Citroën décide d’abandonner la commercialisation de la voiture au cours de l’année 1971.