smallu8

Matra Bagheera U8 (1973)

             Lorsque Matra dévoile la Bagheera au premier semestre de l’année 1973, la France pense détenir une véritable sportive mais son moteur Simca s’avère un peu juste en termes de performances. Mais Matra semble avoir la réponse, car quelques semaines après la lancement de la Bagheera est dévoilée la version U8, qui resta malheureusement à l’état de prototype… 

Matra Bagheera U8 (2)

               En lançant sa Bagheera en 1973, Matra permet aux passionnés de sportives françaises de disposer d’une voiture moderne, à la ligne inspirée des créations de Pininfarina tout en proposant un prix contenu en remployant le plus de pièces de la banque d’organes Simca. De plus, le lancement de la Bagheera est simultané à la victoire de Matra aux 24 heures du mans. Bref, la recette Bagheera fonctionne auprès du public, mais déjà, les 84 chevaux de la voitures paraissent bien faibles aux yeux de certains passionnés.

               Hélas, Simca ne disposait pas de moteurs plus puissant, le bras droit de Philippe Guédon, Georges Pinardaud, en est bien conscient lors du développement de la Bagheera. Et pour disposer d’une version plus puissante à moindre frais, il décide d’assembler côte à côte deux quatre cylindres en ligne afin de doubler la puissance sans se lancer dans le développement coûteux d’un nouveau moteur.

Matra Bagheera U8 (1)

              A côté du 1300cm3 de la Simca 1100 qui équipe la Bagheera, Matra acquiert un moteur de Simca 1000 Rallye 2 (lire aussi : les Simca 1000 Rallye) qui est strictement identique, à l’exception de son sens de rotation inverse. Ainsi, cela permet de disposer les moteurs cote à cote par la création d’un carter commun permettant de lier les vilebrequins, à l’origine par un système d’engrenage, puis finalement avec des chaînes.

matra-bagheera-u8-4

              Cela donne naissance à un moteur en U d’une cylindrée de 2.588cm3, pour une puissance totale de 168Cv. l’alimentation est assurée par quatre carburateurs Weber double corps  et deux pompes à essence. Grâce à leur sens de rotation, les éléments de carburation se placent entre les deux moteurs, tandis que les échappements prennent place sur les extérieurs. Pour la transmission, Matra choisi une boite manuelle à cinq rapports d’origine Porsche.

matra-bagheera-u8-1

                Un fois fiabilisé, ce moteur U8 est testé et permet d’atteindre les 230km/h, hélas, sa consommation était excessive avec pas moins de 20 litres aux 100km. Et à l’heure de la première crise pétrolière, il devenait impossible de présenter au public une mécanique gourmande… De toute façon, le moteur U8 nécessitait d’importantes modifications dans la structure de la Bagheera pour s’y loger, la longueur passait de 3,97 mètres à 4,14m, la largeur était portée à 1,74 m.

matra-bagheera-u8-2

               Avec plus de 160Cv, le freinage de la Bagheera de base s’avérait insuffisant, c’est pourquoi Matra a équipé la version U8 de quatre disques ventilés. La voiture se dote aussi de roues plus grandes, et d’un réservoir de 80 litres pour disposer d’une autonomie décente. Toutes ces modifications ont un coût, les financiers de Matra estiment que ce modèle pourrait entre vendu entre 65 et 67.000 Francs, un peu moins de trois fois le prix d’une Bagheera de base (25.990 Fcs).

matra-bagheera-u8-3

                 Pour toutes ces raisons, le projet Bagheera U8 fut abandonné après la réalisation d’une maquette présentée au public en juin 1973, et l’assemblage de deux prototypes roulants, dont l’un parcourra plus de 15.000km. Seul un exemplaire a survécu est fait aujourd’hui parti de la collection du Musée Matra de Romorantin-Lanthenay.

 

Laisser un commentaire