smallfidinspi

Fiat Dino Spider (1966-1972)

            Dans les années 1960, après une décennie passée à construire avant tout des voitures populaires pour convertir l’Italie à l’automobile, Fiat soigne sa gamme pour proposer une voiture à chaque client, et n’hésite pas à monter en gamme. Certes, le géant de Turin était déjà un constructeur généraliste mais mise énormément durant cette décennie sur les coupés et cabriolets, avec Fiat Dino pour chapeauter la gamme. Zoom sur cette voiture dans sa version Spider. 

Fiat Dino Spider (5)

               L’histoire de la Fiat Dino est liée à l’histoire de Ferrari, le constructeur au cheval cabré connaissait des difficultés financières dans les années 1960 et le rachat par Ford était quasiment acté, avant qu’Enzo Ferrari ne se rétracte au dernier moment pour conserver son autonomie. Pour survivre, Ferrari doit donc élargir sa gamme vers le bas et produire des voitures  et opter pour des mécaniques moins nobles que le V12. C’est ainsi qu’est développé un V6 nommé « Dino », et l’envie est de faire homologuer ce moteur pour la compétition. Hélas, ceci suppose la réalisation de 500 moteurs, un chiffre que Ferrari ne peut atteindre avec sa surface financière, et décide de s’allier avec un constructeur qui l’aiderait à financer une telle aventure.

Fiat Dino Spider (4)

                   C’est alors Fiat qui répond à l’appel, le géant de Turin dispose de tous les éléments pour produire 500 V6 en un temps records, et surtout, a de l’argent pour investir sur le moteur. L’accord est conclu avec Ferrari, Fiat peut bénéficier de ce moteur pour ses véhicules, ce qui arrive à l’époque où Fiat cherchait à produire des véhicules haut de gamme. Bénéficiant d’une mécanique noble développée chez Ferrari, Fiat va jouer sur cette image et proposer ses propres coupé et cabriolet, et ce dès 1966, avant même que Ferrari (ou plutôt Dino) présente sa 206GT en 1968, suivie de la 246GT en 1969.

Fiat Dino Spider (3)

                L’accord entre Ferrari et Fiat semble avoir été signé en 1964 (ou quelques mois avant), ce qui permet à Fiat de missionner deux carrossiers de réaliser les robes qui habilleront le V6 Dino. Bertone se charge de la version coupé de la Fiat Dino, Pininfarina obtient la version Spider, celle qui nous intéresse pour cet article. Les esquisses sont réalisées courant 1965, puis validées par Fiat. La Dino Spider aura une très forte personnalité avec une face avant très spécifique, avec une calandre frôlant la route dans laquelle se logent quatre optiques rondes. L’arrière n’est pas en reste et propose une face avant perpendiculaire à la route, avec quatre feux ronds, signature des sportives italiennes d’alors.

Fiat Dino Spider (6)

               C’est dans cette robe que se loge le V6 Dino, tout d’abord en version deux litres avec bloc tout alu, puis à partir de 1969, en version 2,4 litres mais le bloc est désormais réalisé en fonte pour fiabiliser l’ensemble et empêcher la déformation due à la chaleur. Avec 160Cv en version 2.0 litres, la Fiat Dino est une vraie sportive et propose un 205km/h en vitesse maximale, met 8,9 secondes pour passer de 0 à 100km/h. Avec le 2,4 litres, c’est désormais 180Cv que le moteur propose, et amène la voiture jusqu’à 220km/h, et met seulement 8 secondes sur le 0-100km/h. Surtout, la 2,4 litres est plus facile à l’utilisation et nécessite de moins monter dans les tours pour utiliser toute la puissance. Le 2,4 litres dispose aussi d’une boite ZF à cinq rapports qui joue également dans la souplesse d’utilisation du moteur.

Fiat Dino Spider (2)

              Spider, sportive… Il ne manquait plus qu’à la Fiat Dino Spider d’être luxueuse, un critère rempli avec un habitacle à l’italienne qui use du faux bois, de cadrans ronds, la présence de chrome, du cuir pour la sellerie… l’intérieur est plutôt cossu, il propose deux vraies places ainsi qu’une place d’appoint en biais, derrière les deux places avant.

Fiat Dino Spider (1)

                Bref, la Fiat Dino Spider est une vrai italienne et sait user de ses nombreux charmes, la clientèle suit avec une production de 1.683 exemplaires qui s’écoulent entre 1966 et 1972. la version 2.0 litres est celle qui a connu le plus grand succès avec 1.163 exemplaires contre 420 pour la 2.4; mais qu’importe, la Fiat Dino est avant tout un flacon d’ivresse, une voiture avec un (faux) moteur de Ferrari. Inutile de préciser que le modèle est devenu rare de nos jours, la rouille n’aidant pas en la conservation de ce modèle, d’autant que la mécanique, plutôt pointilleuse, était relativement onéreuse à entretenir…

Laisser un commentaire