zsmlal

Citroën TUB Fenwick (1941-1942)

              Le Citroën TUB n’est pas l’utilitaire le plus connu, et pourtant celui-ci a été le premier à s’équiper d’une porte latérale coulissante et d’un plancher de chargement bas. En somme, le Citroën TUB pose les bases de l’utilitaire moderne, et ce à partir de 1939 ! Mais apparu en période trouble, le Citroën TUB ne connaîtra pas une grande diffusion, la guerre finissant par détruire ce modèle … 

citroen TUB fenwick (1)

          Produit entre 1939 et 1941, on estime à environ 2.000 le nombre d’exemplaires du Citroën TUB qui sont sortis des usines Citroën. Mais en 1940, l’armée allemande perce en France et envahit en quelques semaines quasiment la moitié du territoire de la métropole, réquisitionnant sur son passage tous les véhicules qui lui semble utiles, dont notamment les Citroën TUB.

             Les quelques Citroën TUB qui arrivent a rester entre les mains de leurs propriétaires se retrouvent rapidement confrontés au rationnement et à la pénurie d’essence. Pour pallier ces inconvénients, on redécouvre alors d’autres moyens de traction, comme le gazogène ou encore l’électrique. C’est sur ce dernier point que la société Fenwick se développe et a converti une centaine de Citroën TUB qui restaient dans les stocks de Citroën en véhicule électrique.

              Fenwick équipe ainsi les Citroën TUB d’un moteur électrique et de 540kg de batteries, lesquelles empiétaient sur la charge utile du TUB qui n’atteignait pas les 1.000kg comme initialement sur ce véhicule. Prévu d’être commercialisé sous le nom de Fenwick Cittub, Citroën impose toutefois à Fenwick de changer la domination de ce véhicule, lequel deviendra Urbel tout juste avant le lancement de la commercialisation.

           L’Urbel s’équipe de grandes portes latérales de coffres de chaque côté, percées d’ouïes d’aérations afin de refroidir le compartiment des batteries et éviter la formation de gaz inflammables. Par conséquent, ces portes condamnent la porte latérale coulissante du TUB, la roue de secours est quant à elle déplacée dans un nouveau compartiment situé au dessus des batteries. La calandre Citroën est remplacée par une tôle qui arbore le logo Fenwick.

          Pensant 1.825kg, les Fenwick Urbel pouvaient atteindre la vitesse maximale de 50km/h, mais il était conseillé de ne pas dépasser 25km/h à vide pour ne pas décharger inutilement les batteries, mais aucune donnée sur l’autonomie ne nous est parvenue.

         Les Urbel seront ainsi construits entre 1941 et 1942, avant que la production ne cesse par l’épuisement des stocks des pièces Citroën concernant le TUB. De nombreuses entreprises parisiennes utiliseront les Fenwick Urbel, et quelques exemplaires auraient été modifiés en ambulances par le carrossier Carrier, à l’instar de la photo ci-dessous :

Citroën TAMH (2)

           Quant à la marque Fenwick, celle-ci se spécialisera ultérieurement dans l’outillage avant de devenir un acteur majeur des chariots élévateurs et autres matériels de manutention.

 

4 réflexions au sujet de « Citroën TUB Fenwick (1941-1942) »

Laisser un commentaire