Archives du mot-clé Citroën Visa

smallcitvislea

Citroën Visa Leader (1986-1987)

               En 1986, la Citroën Visa est en fin de carrière alors que la nouvelle AX commence à se profiler dans les concessions. Pour maintenir les ventes de la Visa en attendant son remplacement, Citroën dynamise la gamme avec des séries limitées, dont la Leader… 

Citroën Visa Leader (1)

              Leader, voilà un nom bien connu dans les années 1980 chez Citroën, c’est la CX qui, en 1984, inaugure ce nom avec une teinte bicolore – gris foncé en bas et gris foncé en haut – qui fera date. La Leader fut un important succès, avec comme recette de réaliser une voiture bien équipée, motorisée correctement, et à prix abordable, si bien que la BX reçoit à son tour la déclinaison Leader en 1985, puis la Visa en 1986.

Citroën Visa Leader (2)

           En mars 1986, la Visa Leader est réalisée sur la base d’une Visa 11 RE, extérieurement, outre la teinte bicolore des séries Leader, cette série spéciale se voit équipée d’un becquet arrière et d’enjoliveurs spécifiques qui complètent la finition. Dans l’habitacle, la sellerie est issue de la Visa GT, Citroën consent à installer des appuie-tête sur les fauteuils avant mais le reste de l’intérieur demeure pauvre : pas de radio (seulement un pré-équipement), ni vitre électrique… On doit se contenter d’une montre à quartz, d’une lunette arrière chauffante, et c’est à peu près tout.

Citroën Visa Leader (3)

                Côté moteur, la Leader récupère le 1124cm3 de la 11RE avec sa boite quatre, un bloc qui développe 50Ch, de quoi satisfaire le client pour un usage quotidien. Pour 54.300 francs, la Visa Leader offrait un bon compromis, la clientèle ne s’y trompe pas et fait de cette version, initialement prévue pour 5.000 exemplaires, une réussite commerciale, si bien que Citroën renouvelle l’opération Visa Leader au moins par trois fois.

                 En 1987, et pour répondre aux rivales à moteur Diesel, la Visa Leader est désormais disponible avec le 1,7 litre Diesel (base Visa 17D), la Leader D propose 60Ch et une vitesse de pointe à 150m/h, bien mieux que la version essence, mais il fallait alors dépenser 63.500 francs pour se l’offrir. Après trois séries et 11.800 unités produites, la Visa Leader tire sa révérence en 1987, quelques exemplaires traineront sur les parcs des concessions au double chevrons qu’en 1988.