Archives du mot-clé Caproni

smallisotfra8C

Isotta Fraschini 8C Monterosa (1947-1948)

                   Conçue par un groupe d’irréductibles dans la clandestinité pendant la seconde guerre mondiale, la 8C Monterosa devait faire renaitre le constructeur italien Isotta Franschini. Hélas, malgré cinq prototypes réalisées, une présentation de la voiture dans les salons internationaux, les dirigeants d’Isotta Fraschini décident de ne pas commercialiser cette voiture… 

isotta fraschini 8c monterosa (1)

             Isotta Fraschini est un constructeur d’automobile de prestige fondé en Italie en 1909, ses productions sont reconnues comme parmi les plus luxueuses de leur époque. Mais la crise du début des années 1930 fait du mal au constructeur italien, qui fit repris en 1932 par le groupe Caproni qui décide d’arrêter la production automobile pour se spécialiser dans la fourniture de moteurs industriels, pour l’aviation mais également pour les véhicules utilitaires. Isotta Fraschini produira toutefois divers poids-lourds durant le reste des années 1930.

isotta fraschini 8c monterosa (4)

               Néanmoins, une équipe d’ingénieur décida de travailler sur un projet de voiture de luxe, dans la plus grande discrétion tant vis à vis de la direction d’Isotta Fraschini, que des autorités italiennes qui contrôlait l’industrie dans une optique d’effort de guerre. Menée par Giuseppe Merosi, qui était le responsable de la production de poids-lourds, l’équipe est complétée par Fabio Luigi Rapi, jeune ingénieur, et Aurelio Lampredi, ingénieur motoriste. Ensemble, ils décident la réalisation d’une voiture de luxe mais se situant un cran en dessous des anciens modèles d’Isotta Fraschini pour trouver un marché plus large.

isotta fraschini 8c monterosa (6)

                  Pour mettre au point le projet, l’ingénieur Rapi se souvient de sa visite, courant 1938, de l’usine Tatra où il avait pu découvrir les berlines T77 et T87, à la carrosserie aérodynamique et dont le moteur, un V8 refroidit par air, se trouve en porte-à-faux arrière. La position du moteur permet de s’affranchir d’un arbre de transmission et de son tunnel, libérant ainsi un vaste espace pour l’habitacle mais aussi pour abaisser le point de gravité de l’auto. Au tout début du projet, l’équipe réfléchi à concevoir un moteur de douze cylindres à plat, avant de se porter courant 1943 sur un V8 refroidi par eau, réalisé en alliage. Aurélio Lampredi développe ainsi le moteur, dont la boite de vitesses et le différentiel partageront le même carter.

isotta fraschini 8c monterosa (2)                Le premier prototype, habillé par Zagato.

               En revanche, la partie châssis de la voiture avance plus rapidement, Rapi opte pour une structure innovante composée permettant d’allier rigidité et légèrement, sur lequel vient se greffer une armature qui supportera une carrosserie. Cette solution permet, outre de proposer plusieurs variantes de carrosserie à moindre de coût, de reporter l’étude de style. Cela permet à Rapi de tester cette structure au sein des bancs d’essais de Caproni afin d’en vérifier la rigidité. Aux fascistes qui tomberont, un peu par hasard sur ces plans, Rapi leur attestera qu’il s’agit d’une étude pour un bateau de guerre rapide.

isotta fraschini 8c monterosa (11)

                 C’est surtout une fois la guerre terminée que l’étude de la voiture reprend, alors que le temps est au rationnement des matières premières, un premier prototype est assemblée, permettant de tester la mécanique. Pour la carrosserie, c’est Zagato qui reçoit la charge d’habiller ce châssis (parce que les ateliers Zagato étaient voisins de ceux d’Isotta Fraschini), qui signe une voiture aux allures modernes et s’inspirant des Tartra. La face avant est sans calandre, le refroidissement du étant assuré par deux radiateurs situés sur les côtés, alimentés en air par deux importantes ouïes.

Isotta Frachini 8 Caproni 1947

                 Rapidement, les premiers tests montent des problèmes de surchauffe du moteur, si bien qu’ Isotta Fraschini fait rapidement appel à Zagato pour modifier la face avant de la voiture pour y intégrer une calandre. La solution de mettre un radiateur à l’avant et plus coûteuse à produire mais s’avère plus efficace. C’est dans cette version que la voiture est présentée, lors du départ des Mille Miglia 1947. Le retour d’Isotta Fraschini à l’automobile semble acté, le constructeur présente une voiture lors du salon de Paris d’Octobre 1947, cette fois sous la forme d’un coupé signé par le carrossier Touring, la voiture s’affichant avec un toit en plexiglas pouvant être occulté par un panneau en tôle. La carrosserie est réalisée en aluminium selon le procédé propre à Touring, appelé Supperleggera.

              C’est lors du salon de Paris que la 8C Monterosa se dévoile pleinement, son moteur affiche une puissance de 103Ch permettant une vitesse de pointe à 160km/h, un chiffre impressionnant à cette époque pour une voiture de sa catégorie. La suspension est composée de blocs de caoutchoucs, la 8C Monterosa reçoit une transmission semi-automatique ainsi qu’un Overdrive. Aussi, la voiture reçoit un système de ventilation et de chauffage efficace (du moins pour les années 1940), des témoins lumineux avertissent le conducteur des niveaux d’huile et de carburant, la radio est de série, comme un cric hydraulique qui permet de soulever la voiture en cas de besoin.

            La gamme de carrosseries s’étoffe peu à peu, Touring livrant une limousine, puis le carrossier Boneschi dévoilant un cabriolet sur la base de la 8C Monterosa, permettant de proposer une gamme complète et ainsi viser les clients qui ont été fidèle aux voitures d’Isotta Fraschini. Les rares documents publicitaires réalisé pour cette voiture tentent de légitimer les excentricités de la voiture, il faut dire que s’attaque au haut de gamme, réputé pour être conservateur, avec une voiture qui créait une rupture était osé. D’ailleurs, malgré une nouvelle présentation de la voiture lors du salon de Genève début 1949, la direction d’Isotta Fraschini décide de rapidement mettre un terme à cette voiture avant même qu’elle ne soit commercialisée.

               Mais peut-on blâmer les dirigeants de Caproni, alors propriétaires d’Isotta Fraschini, d’avoir été frileux à l’égard de la 8C Monterosa ? Le groupe Caproni vivait jusque là des commandes militaires qui, avec le retour de la paix, étaient devenues anecdotiques. De plus, l’heure était aux voitures populaires, lancer une voiture de prestige, s’était aller à contre-courant du marché. De toute façon, les banques n’octroient pas les crédits nécessaires pour réaliser une ligne de montage, tandis qu’Isotta Fraschini fut rapidement placé sous administration judiciaire en 1948… Au final, seuls 4 à 5 prototypes de la 8C Monterosa ont vu le jour…