Archives du mot-clé BMW

Bertone Freeclimber I (a)

Bertone Freeclimber I & II (1989-1995)

               Le marché du quatre roues motrices a longtemps été un marché de véhicules utilitaires, répondant à un besoin spécifique de motricité. Ce n’est que très récemment que les 4X4 se sont tournés vers le luxe, et le Bertone Freeclimber fait parti de ceux qui ont été précurseurs en la matière… 

Bertone Freeclimber I (1)

                Avant la toute fin des années 1980, avoir un 4X4 n’était pas un symbole de réussite sociale, bien loin de là, un tel véhicule s’achetait avant tout pour sa vocation utilitaire, la réussite sociale, c’était la grosse berline allemande, BMW série 7 ou Mercedes Classe S. Mais déjà, un nouveau marché semble émerger, le Range Rover avait ouvert la voie depuis 1970 et était toujours au catalogue, et les produits Jeep dont la Cherokee XJ (lire aussi : Jeep Cherokee XJ) ont le vent en poupe.

Bertone Freeclimber I (2)

              A cette époque, le carrossier Bertone qui produisait dans ses locaux les X1/9 (lire aussi : Bertone X1/9) et Ritmo Cabriolet (lire aussi : Bertone Ritmo Cabriolet) dont Fiat ne voulait plus, se voit contrait de cesser cette production faute de pièces. Alors, pour occuper ses chaînes de montage, Bertone décide de s’engouffrer dans cette mode naissance du 4X4 loisir et haut de gamme. Partir d’une feuille blanche ? Impensable pour Bertone qui n’en a pas les moyens financiers et techniques, à la place, un accord est trouvé avec Daihatsu pour utiliser le Rocky comme base, un véhicule jusque là méconnu en Europe.

Bertone Freeclimber I (4)

              Sur cette base, Bertone lui donne une meilleure plastique en améliorant la finition du véhicule, des jantes spécifiques et en lui octroyant une nouvelle face avant avec une calandre à quatre optiques, et un logo Bertone prend naturellement place en son centre. C’est surtout dans l’habitacle que les modifications les plus importantes sont effectuées, avec des fauteuils spécifiques recouverts de cuir et d’alcantara, l’équipement du véhicule est enrichi tout comme l’instrumentation, par exemple, le verrouillage centralisé des portes este série, la climatisation est disponible en option.

Bertone Freeclimber II (4)

                 Sous le capot, Bertone fait le choix de troquer le moteur japonais contre des six cylindres BMW, des motorisations plus en phase avec la clientèle visée et surtout, permettant de bénéficier de l’aura de la marque allemande et de son service après-vente. Trois versions sont proposées, le 2.0 litres essence, un 2.7 litres essence et un 2,4 litres turbodiesel. La transmission reste de chez Daihatsu, les suspensions sont corrigées pour optimiser les capacités de franchissement.

Bertone Freeclimber I (3)

                Présentée en 1989, cette Bertone prend la dénomination Freeclimber, elle est commercialisée en Italie, pays de son assemblage, mais aussi en Allemagne, en France et dans une poignée d’autres pays européens. En France, le Bertone Freeclimber est distribué par le réseau Chardonnet et proposé au prix de 167.987 Francs, ce qui le positionnait au dessus de la Jeep Wrangler mais sous la Range Rover. Toutefois, avec un faible réseau de distribution, un marché de niche, il ne s’écoula que 2.795 exemplaires du Freeclimber I entre 1989 et 1992.

bertone Freeclimber

                  En 1992, Daihatsu procède à un restylage du Rocky, Bertone en fait de même pour le Freeclimber qui devient à l’occasion Freeclimber II. Même base que le précédent, la voiture est savamment modernisée avec des élargisseurs d’ailes, la carrosserie est lissée, et des jantes OZ en alliage apparaissent de série. Le Freeclimber propose toujours sa calandre à quatre optiques, les moteurs six en ligne BMW sont abandonnés contre un quatre cylindres en ligne provenant toujours du constructeur bavarois, avec 1,6 litres de cylindrée et une puissance de 100Ch.

                 Cette seconde génération de Freeclimber ne fut écoulé qu’à 2.860 exemplaires jusqu’en 1995, des chiffres de vente quasi identiques à la première version si ce n’est que le  Freeclimber II n’a quasiment été vendu qu’en Italie. A la même époque, Bertone remportait d’importants marchés de sous-traitance, notamment avec Fiat pour assembler la Punto Cabriolet et Opel pour l’Astra cabriolet. Faute de place, le Bertone Freeclimber est abandonné en même temps, et reste la dernière voiture badgée Bertone.