Archives du mot-clé voiture électrique

AAA logo

Ateliers d’Automobiles et d’Aviation (1919-1921)

             La société dénommée « Ateliers d’Automobiles et d’Aviation » (acronyme A.A.A.) est un constructeur automobile fondé en 1919 et dont l’usine était situé dans le XVème arrondissement de Paris, au 4-6-8 passage Miollis, et le siège social au 39 rue Berri à Paris (8ème arrondissement).

AAA Châssis

          Contrairement aux principaux constructeurs automobiles de l’après guerre, A.A.A. décide de promouvoir la voiture électrique et la défend, quitte à tordre la réalité, comme étant un mode de propulsion très utilisé aux Etats-Unis (là-bas, l’automobile électrique y fut développée pour contourner les royalties dues sur les moteurs à essence). Dans le livret de présentation du cosntructeur édité en 1919, on peut notamment lire :

              »Il y a actuellement aux Etats-Unis près de 150.000 véhicules électriques. En France, pas même 100. Pourquoi ? Parce que nos Alliés ont compris depuis longtemps l’intéret de l’Auto Electrique, et ont constaté, pratiquement, ses immenses avantages sur tous les autres modes de locomotation, en particulier sur l’auto à essence. 
                 Quels sont ces avantages : économie – simplicité – robustesse – marche silencieuse« .

AAA (1)

               A.A.A. proposait dès ses débuts une gamme composée de deux modèles conçus autours d’un châssis en tôle d’acier emboutie,  la Type 6A ouvrait le catalogue, elle offrait un empattement de 3,1 mètres et était capable d’un 45km/h en pointe et proposant une autonomie annoncée de 120km/h, habillée d’une carrosserie berline à quatre places ou coupé à deux places. Au-dessus, A.A.A. proposait la Type 10A dont la fiche technique était en tout point identique à la Type 6A, seul l’empattement était allongé et porté à 3,5 mètres, permettant l’installation d’une carrosserie type berline à six places ou coupé à quatre places.

A.A.A.

               Sur ces châssis était placé, à l’avant, la batterie composée de 42 éléments au plomb, le moteur électrique prenait place au centre du châssis et le mouvement était transmis aux roues arrière par un dispositif sans cardan. Malgré les efforts dans la promotion de la voiture électrique, la sauce ne prend pas et l’Atelier d’Automobiles et d’Aviation est liquidé courant 1921.