Archives du mot-clé Detroit

RICKENBACKER logo

Rickenbacker : l’histoire de la marque

           A la fin de la Première Guerre Mondiale, Edward « Eddie » Rickenbacker est un héro américain, mécanicien sur le tas puis pilote automobile, il intègre l’armée américaine lors de son entrée en guerre et se montre intéressé par l’aviation. Apprenant le pilotage à partir du second trimestre 1917, il effectue sa première sortie le 13 avril 1918, il lui faudra à peine deux mois pour devenir un As de l’aviation avec cinq victoires en combat. Ces résultats l’amènent à prendre la tête du 94ème escadron de Chasse, il comptabilise à la fin du conflit 26 victoires, ce qui en fait le premier pilote américain.

Edward RICKENBACKER

          En 1919, Eddie Rickenbacker dispose d’une certaine notoriété, on lui fait des propositions pour la promotion de produits, qu’il refuse. Rickenbacker aurait préféré continuer dans le domaine de l’aviation, notamment en pilotant ou en oeuvrant auprès d’un constructeur d’avions. Hélas, les compagnies aériennes n’étaient pas encore de ce monde et le surplus d’avions issus du conflit laisse présager un secteur en crise. Il revient vers le monde automobile et signe avec un nouveau constructeur,  Sheridan, fondé par William Durant, il a en charge la commercialisation des voitures. L’aventure Sheridan tourne court, Rickenbacker quitte le navire à l’été 1921, le constructeur disparait quelques semaines plus tard.

RICKENBACKER - action

           En réalité, Rickenbacker s’associait en même temps avec Barney Everitt, ancien carrossier qui fut fondateur du constructeur E-M-F avant-guerre qui souhaitait revenir dans la construction d’automobiles, en compagnie de son ancien associé Walter Flanders, qui fut directeur de la production chez Ford où il a participé à la mise en place du Fordisme. Rickenbacker fait plus qu’apporter son nom à cette aventure, il partage également son expérience, notamment qu’au cours de la Guerre, après analyse d’avions allemands capturés, les moteurs étaient équipé d’un volant à chaque extrémité du vilebrequin, pouvant leur conférer une meilleure maniabilité. Les moteurs des futures Rickenbacker utiliseront cette solution.

RICKENBACKER 1922 (1)

            La Rickenbacker Motor Motor Company est constituée en juillet 1921, prend possession d’une usine à Détroit capable d’assembler 200 voitures par jour. Le logo de la marque Rickenbacker reprend l’insigne du 94ème escadron de chasse : un chapeau haut de forme dans un anneau, rappelant les exploits du Capitaine. Les premières voitures sont dévoilées dans le cadre du salon de New York qui se tient en janvier 1922, la Rickenbacker est équipée d’un six cylindres en ligne de 68Ch permettant une vitesse de 60mph; elle est proposée en berline ou coupé. Surtout, c’est la qualité d’assemblage des Rickenbacker qui est mis en avant, ainsi que le silence et la douceur des moteurs, le tout pour 1500 à 2000 dollars, des qualités rares sur cette gamme de prix, qui amènent de nombreuses ventes. La production de Rickenbacker passe de 10 voitures par jour en mars 1922 à 50 unités en mai de la même année.

          En juin 1923, Rickenbacker annonce que ses modèles seront équipés en série de freins à chaque roue, ce qui était jusque là disponible en option. Pour une voiture de gamme moyenne, cela tient de l’exploit, à titre de comparaison, Duesenberg annonça le même équipement pour 1924, mais ce constructeur était un spécialiste des voitures sportives et de luxe, et les quatre freins étaient disponible uniquement sur la huit cylindres. Cette innovation resta couteuse pour Rickenbacker et les ventes ne suivent pas, le fondateur dénonçant une campagne de dénigrement de ses concurrents trouvant cette solution trop dangereuse : le conducteur américain ne serait pas habitué à la puissance d’un tel freinage, ce qui causerait des accidents…

RICKENBACKER SIX - 1924 (2)

           Aussi, en juin 1923, Rickenbacker perd l’un de ses associés fondateur, Flanders décède des suites d’un accident de la route. Sa disparition eu un impact négatif sur l’entreprise, ses compétences jouaient un rôle déterminant au sein de Rickenbacker. Aussi, à la fin de cette année 1923, on compte un peu moins de six mille exemplaires produits, ce qui est en dessous des espérances.

         Pour l’année 1924, Rickenbacker introduit une voiture à huit cylindres dans sa gamme,  la « Vertical 8 Super-Fine »avec un raffinement rapprochant la voiture de rivales de marques prestigieuses. Il s’agissait d’une voiture dotée de qualités, commercialisée à 2.195 dollars, mais également chère à produire, si bien que le bénéfice net de l’entreprise diminua. Pour tenir face à la concurrence et stimuler les ventes, Rickenbacker augmente la puissance de ses modèles en 1925, puis décide de diminuer le prix de vente de la Vertical 8 Super-Fine à l’été 1925, une décision qui surprend tant les actionnaires que les concessionnaires, certains comment à tourner le dos à la marque.

RICKENBACKER Super Sport Boattail Coupe (1)

                Au salon de New York 1926, Rickenbacker présente la Super Sport Boattail Coupe, présentée comme la voiture de série la plus rapide capable de transporter quatre personnes, commercialisée au prix de 5.000 dollars, elle était capable de flirter avec les 100mph. Malheureusement, Rickenbacker vivote en cette année 1926, la marque voit son réseau de distribution se réduire, des querelles au sein de la direction mènent à la démission d’Eddie Rickenbacker en Septembre, un départ suivi d’autres personnes influentes au sein du constructeur.

RICKENBACKER 8-90 (1)

          Pour le millésime 1927, Barney Everrit reste seul maitre à bord, la gamme est composée des 6-70, 8-80 et 8-90, des voitures devenues plus chères que la concurrence. Logiquement, les ventes se font rares et la faillite est prononcée en février 1927, après 517 ventes pour ce millésime, et 35.000 Rickenbacker produites depuis la création du constructeur.  Lors de la liquidation de Rickenbacker, une partie de l’outillage fut racheté par le danois Rasmussen, propriétaire de DKW mais également d’Audi, on retrouva ainsi des similitudes dans les moteurs des Audi Zwickau et Dresde avec celui des Rickenbacker.