Les tracteurs Lucien Babiole

           Aux débuts des années 1950, dans une France qui voit son activité agricole se moderniser, il apparait de nombreux constructeurs de matériels agricoles. Babiole est l’un d’eux, grâce à l’adoption des moteurs Peugeot et une garantie à vie, l’entreprise connait un succès rapide, tout comme sa chute… 

BABIOLE T6

          Dans l’immédiat de la Seconde Guerre Mondiale, la France doit se reconstruire et cela commence dans les exploitations agricoles qui se modernisent, notamment en adoptant des tracteurs agricoles pour remplacer la traction animale. Lucien Babiole, aveyronnais d’origine et issu d’une famille d’agriculteur, est monté sur Paris pour devenir apprentis, il fonde en 1948 sa propre affaire en devenant constructeur de tracteurs agricoles. Son entreprise est basée à Ivry sur Seine et produit initialement des tracteurs à chenille sur la base de NSU Kettenkrad.

BABIOLE MULTI BABY 203

             Rapidement, Babiole produit des tracteurs à roues qui, de part leur construction sérieuse, bénéficient d’une bonne réputation. A partir de 1953, les tracteurs Lucien Babiole adoptent les moteurs Peugeot quatre cylindres, d’abord issus de la 203 puis plus tard de la 403, utilisés à mi- puissance pour favoriser le couple. L’utilisation des moteurs Peugeot permet à Babiole de proposer une garantie à vie à ses clients, la production passe alors de quelques centaines d’unités par an à plus de mille tracteur sur l’année 1954. Il faut dire aussi que la gamme Super Babi, plutôt moderne pour son temps avec boite à vitesses à rapports lents et rapide, ou encore le système de relevage hydraulique, permet d’offrir une alternative sérieuse aux grands constructeurs français, Babiole arrivant derrière Renault et SFV.

BABIOLE pub1

               Malheureusement, la garantie à vie que seul Babiole a osé proposé sur des tracteurs agricoles vient rapidement peser sur les finances de la marque, au point de la mettre en grandes difficultés puis en faillite, Lucien Babiole en fut fortement affecté au point de mettre fin à ses jours en 1956. Son entreprise lui survit quelques années, non sans mal, avant d’être reprise par Tracfor qui mît un terme à la marque Babiole en 1959.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *