SMALL super5 belle-ile

Renault Supercinq Belle-Ile (1989-1991)

              La Renault Super5 Belle-Ile est une voiture à l’histoire tourmentée, née chez Car Système Style, la voiture est ensuite produite sous le blason Gruau en raison de la faillite du concepteur. Cette modification aurait pu prendre car à la fin des années 1980, les constructeurs automobiles ne construisent plus de voiture de plages, quelques artisans s’y essayent mais tous échoue. La Super5 Belle-Ile n’échappe pas à la règle avec quelques centaines d’unités seulement… 

Renault Super5 Belle-Ile - gruau (2)

             Car Système Style est une firme connue dans la sphère automobile française par ses transformations sur base de Renault 4 ainsi que sur la Renault 6 afin de proposer des voitures de plage. Pour autant, l’activité de cette entreprise est relativement faible puisque Renault se refuse à livrer des châssis neufs à Car Système Style, sans doute pour protéger  son partenaire Teilhol qui produisait la Rodéo. Ainsi, l’activité de Car Système Style se fait avec des voitures « d’occasion » que les clients amènent pour leur faire subir la transformation en voiture de plage.

              La faible activité de cette entreprise, fondée en 1981, explique les nombreuses faillites, changements de propriétaires et de patrons qu’elle a connu à ses débuts. Pour autant, dans la seconde partie des années 1980, l’entreprise semble avoir trouvé une certaine stabilité, et se lance en 1988 dans la conception d’une nouvelle voiture en prenant comme base la Renault Super5. Avec cette voiture, Car Système Style pense s’assurer d’une visibilité à long terme, car on savait déjà la Renault 4 plus ou moins condamnée, mais surtout, comme Renault avait mis fin à sa collaboration avec Teilhol, il y avait donc une place à prendre dans les concessions pour remplacer la Rodéo.

              Le premier prototype de la Super 5 « Belle-Ile » est présenté en Septembre 1988 dans le cadre du salon de l’automobile de Paris, le concept est pour le moins original car il s’agit d’un hybride entre pick-up et cabriolet, avec une porte de malle qui présente l’originalité de s’ouvrir dans les deux sens. Mais la Super5 Belle-Ile est bien une voiture de loisirs, sa finition travaillée nous le prouve, la voiture s’équipe aussi d’un toit ouvrant au dessus des places avant.

             La voiture reçoit un accueil favorable du public lors de sa présentation, les intentions de commandes affluent sur le stand de Car Système Style alors même que la commercialisation de la voiture n’est pas prévue. En effet, il faut auparavant obtenir l’accord de Renault pour lancer la production, laquelle fut obtenu qu’en 1989, tout comme l’homologation par le service des Mines obtenue fin 1989. Entre temps, hélas, les finances de Car Système Style se sont effondrées et l’entreprise se retrouve en redressement judiciaire. L’entreprise a toutefois le temps de produite une cinquantaine de voitures pour maintenir son activité.

                 Face à cette situation difficile de l’entreprise, c’est finalement le carrossier Gruau qui rachète Car Système Style afin de récupérer l’outil de production et le savoir faire, il faut dire que les deux entités étaient géographiquement proches, ce qui a permis d’intégrer à peu de frais la production de Car Système Style dans les ateliers de Gruau. Ainsi, la Super 5 Belle-Ile continue a être produite par Gruau, environ 160 exemplaires sont ainsi réalisés jusqu’en Juin 1990 en suivant les plans de Car Système Style.

              Après Juin 1991, Gruau produit la Super5 Belle-Ile en modifiant nombre d’éléments, comme la capote et son système d’ouverture, les montants latéraux, le toit ouvrant, les garnitures intérieures, et désormais, la voiture s’équipe d’enjoliveurs et non plus de jantes peintes. Gruau arrive à en écouler 500 exemplaires par le biais du réseau Renault, mais une étude financière réalisée en fin d’année démontre que la voiture ne rapporte quasiment rien à Gruau, voir, peut facilement lui faire perdre de l’argent. Certainement frileuse, et comme la Super5 Belle-Ile était éloignée du corps de métier de Gruau qui s’occupait des véhicules utilitaires, il est décidé de mettre un terme à la production de cette voiture fin 1991.

Une réflexion au sujet de « Renault Supercinq Belle-Ile (1989-1991) »

  1. Cher Alex, comme toujours, tu produis des articles sans reproche sur des véhicules, disons, … improbables. Et, comme toujours, un plaisir inégalé de te lire. J’avoue n’avoir jamais entendu parler de la Belle-Ile (à moins que ma mémoire ne me trahisse)

Laisser un commentaire