small928

Porsche 928 (1977-1995)

           Nous sommes dans les années 1970, les ventes de la Porsche 911 commencent à ralentir puis à diminuer. L’heure est à la crise pétrolière et la chasse aux voitures à consommation excessive, à cette époque où la catégorie des GT commence à émerger. Par conséquent, Porsche envisage une voiture dans cette catégorie pour remplacer à terme la Porsche 911, ce fut la Porsche 928…

porsche 928 (1)

              Les années 1970 n’ont pas été les plus simples pour les constructeurs de voitures sportives, mais pour Porsche, la vieillissante 911 s’offre un coup de jeune en 1974 avec une nouvelle version, quant aux voitures plus accessibles, la Porsche 914 avait échouée. C’est pourquoi à la fin de l’année 1971, la direction de Porsche décide de sortir de la monoculture « 911 » et aller vers le marché des coupé 2+2 pour intégrer la catégorie des GT.

                Pour Porsche, la 928 est importante car elle doit permettre au constructeur de Stuttgart de s’affirmer et continuer à être indépendant, bien qu’en parallèle, la petite Porsche 924 est étudiée en collaboration avec le groupe Volkswagen. Mais les marchés visés ne sont pas les mêmes, la 928 devra être un produit 100% Porsche. Le cahier des charges est simples : faire une 911 en mieux sur tous les points (confort, conduite, design…) mais proposé quatre places et un prix contenu (pas plus élevé qu’une 911 SC).

porsche 928 (4)

               Problème, Porsche produit alors des voitures à moteur arrière, ce qui s’avère incompatible avec une GT, ou en tout cas, en empiétant sur les places arrières ou le coffre. Porsche ne s’y résout pas et étudie un V8 ouvert à 90° pour se loger à l’avant de la voiture. Le choix d’un tel moteur se fait pour plusieurs raisons, notamment offrir une forte cylindrée pour proposer une puissance flatteuse y compris après s’être satisfait aux règles d’antipollution. Aussi, un tel moteur devait permettre l’adaptation d’une transmission automatique. Bref, une voiture destinée avant tout pour le marché US !Au final, Porsche sort un moteur de 4,5 litres de cylindrée qui développe 240Cv !

porsche 928 (3)

                Porsche opte également pour le système Transaxle qui renvoi la boite de vitesse sur le train arrière afin d’obtenir une répartition des masses idéales ! Le tout est recouvert d’une carrosserie dessinée par Lapine, qui semble être le fruit de recherches en aérodynamiques avec un avant plat sculpté et des phares escamotables, en réalité, le Cx de la 928 est ridicule : 0,40 ! Mais celle-ci étonne en intégrant les pare-chocs qui semblent avoir disparus, par le dessins de sa partie arrière ou encore les lignes très arrondies, comme si Porsche avait senti la naissance du « bio design ». La carrosserie a également fait l’objet de recherches pour être rigidifiée pour assurer le meilleur comportement routier à la voiture.

                Après plusieurs années de travail, la Porsche 928 est présentée en Mars 1977 dans le cadre du salon de Genève, et le constructeur de Stuttgart cache à peine l’objectif de la nouvelle venue : éclipser la 911. La presse spécialisée n’a que d’éloges pour cette voiture, bien qu’un peu trop juste pour aller chasser les Ferrari et Lamborghini. Mais Porsche est récompensé en 1978 avec le titre de « voiture européenne de l’année » ! Et la Porsche 928 marche plutôt bien dans les concessions…

porsche 928 S (1)

             Par conséquent, Porsche accède en 1979 aux demandes des clients pour donner plus de chevaux au moteur, la 928S est présentée et propose 300Cv avec son V8 porté à 4,6 litres, les 250km/h sont alors à portée ! Et les ventes suivent, preuve que la clientèle n’attendait que ça; Porsche renchéri en 1984 avec 310Cv pour la 928 S2.

               Il faut ensuite attendre l’année 1986 pour voir des changements, la 928 est relookée avec de nouveaux pare-chocs et d’un moteur à quatre soupapes par cylindres : c’est la 928 S4, elle développe désormais 320Cv. L’offre est complétée avec la 928 GT (330Cv) en 1989 puis de la 928 GTS (350Cv) à partir de 1992.

                La Porsche 928 tire sa révérence en 1995 après 60.080 unités produites, un chiffre fidèle aux attentes de Porsche vis-à-vis de cette voiture. A noter que si la 928 s’écoulait en moyenne entre 3.000 et 5.000 unités par an, c’est sous les 1.000 exemplaires qu’elle passa ces dernières années de commercialisation, concurrencée en interne par la 911 qui n’avait jamais déçue les passionnés de Porsche. Et en montant en puissance, la Porsche 928 trouvait une dure concurrence avec la Mercedes SL à moteur V12 ou les sportives japonaises qui trouvaient leur public. Quant aux passionnés moins argentés, les BMW M3/M5 faisaient le travail avec un habitacle des plus confortables…

Laisser un commentaire