smallfordcortloty

Ford Cortina Lotus MkI (1963-1966)

             Dans le monde automobile, il y a les grands constructeurs et une myriade de petits artisans, certaines rencontres peuvent être très productives, c’est le cas du géant Ford et du petit Lotus dans les années 1960 qui, outre de créer des petites sportives, réalisent en commun une berline sportive : la Cortina Lotus. 

ford-cortina-lotus-1

               A la fin des années 1950, l’artisan anglais Lotus se démarque avec sa Seven et sa sportive Elite, voguant de succès en succès, la petite entreprise développe pour le début des années 1960 une petite sportive et se tourne, comme à l’habitude, auprès de la filiale anglaise de Ford pour obtenir des moteurs après avoir adopté durant quelques années le Coventry Climax. Ce dernier avait pu intéresser Colin Chapman par ses performances, mais son prix était trop élevé pour le maintenir dans les Lotus.

ford-cortina-lotus-4

                  Ford de son côté propose le moteur Kent, initialement proposé en 997Cm3, celui-ci a su se décliner en plusieurs versions, dont un 1500cm3 à vilebrequin à cinq paliers proposé dès 1962. C’est cette base qui sert de travail à Lotus pour l’Elan, en portant la mécanique à 1.558cm3 pour une puissance de 106Cv, de quoi ravir les passionnés de performances, mais pas seulement…

                En 1962, Ford UK dévoile la Cortina, une nouvelle berline qui vient épauler l’Anglia, quand Lotus dévoile sa préparation du moteur 1500, les dirigeants de Ford UK ont une idée : mettre ce moteur dans une caisse de Cortina pour participer au championnat des voitures de Tourisme, une compétition alors en vogue en Angleterre où les Jaguar et autres Alfa Romeo se livraient une rude bataille.

ford-cortina-lotus-3

                  C’est ainsi que Lotus se voit confier la préparation de la Cortina en voiture de course, bien évidement, le 1.558cm3 modifié par Lotus est de la partie, mais la transformation de la voiture ne s’arrête pas là. La transmission est totalement revue par Lotus, et tout ce qui attrait à la tenue de route est modifié : train arrière, suspension, freinage. Fidèle à son adage, Lotus fait également la chasse aux kilos superflus et travaille sur de l’acier plus fin pour arriver à cette fin.

ford-cortina-lotus-2

              La fiche technique finale de la voiture est des plus intéressantes, le moteur reste à 106Cv, tandis que le poids de la voiture passe à 775kg. Les performances sont bien présentes, 178km/h en vitesse de pointe, 10,4 secondes pour le 0-100km/h et 31,6 secondes pour le 1.000 mètres départ arrêté. Si la Cortina revue par Lotus est une bête de course, le physique de la voiture reste très sage avec une peinture blanche sur laquelle deux bandes vertes sont rajoutées sur les flans. Si le nom « Lotus » n’est pas oublié dans la communication du modèle, la Cortina Lotus ne reçoit que trois minuscules badges de l’artisan anglais, sur le côté droit de la calandre et sur les ailes arrière.

ford-cortina-lotus-7

               Avant de courir en compétition, la voiture doit être homologuée, et pour cela, elle doit être mise en production. La Ford Cortina Lotus s’offre ainsi à un public d’experts qui fera participer la voiture à de multiples courses. Quant à l’engagement officiel, celui-ci débute en septembre 1963, les voitures terminent derrière les Ford Galaxy à moteur V8 ! Les Cortina Lotus sont engagées par Ford, le Team Lotus ainsi que par Alan Mann Racing et remportent de nombreuses victoires : 6 heures de Brands Hatch, course de côte du Mont Ventoux, Safari Rally…

            Sur le plan commercial, la commercialisation de la Cortina Lotus continue avec des améliorations apportées dès 1964, la voiture corrige ses défauts de jeunesse, tandis que les portières en alliage sont désormais proposées en option. Toutefois, la Cortina Lotus a un usage très spécifique, les ventes ne sont pas aussi élevées qu’attendues et Ford réduit la voilure dès 1965, la voiture termine sa carrière en 1966 après 3.301 unités écoulées. Cette année, la Cortina Lotus MK2 apparaît, plus puissante mais plus lourde, elle n’aura  toutefois pas l’écho de la première série…

Laisser un commentaire