small130co

Fiat 130 Coupé (1971-1977)

           Issue de la volonté de Giani Agnelli (président de FIAT) lui-même, la Fiat 130 coupé permet à l’entreprise turinoise de renouer avec les coupés haut de gamme et démontre que son savoir faire dans ce domaine, avec une ligne signée Pininfarina et un V6 ! Cependant, la Fiat 130 Coupé fut un bide commercial avec seulement 4.491 exemplaires produits…

Fiat 130 coupé (2)

           A la fin des années 1960, Fiat commence à réfléchir au remplacement de sa berline haut de gamme, puisque la Fiat 2300 proposée depuis 1961 a toujours eu du mal à rivaliser avec ses rivales allemandes, qu’elles se nomment Mercedes W111 ou BMW Neue Klasse. Cependant, la genèse d’une nouvelle berline qui se nommera Fiat 130 fut difficile, car les dirigeants veulent voir apparaître cette berline haut de gamme en 1969, mais les bureaux d’études de Fiat étaient alors accaparés par trois projets de voitures populaires bien plus vitales pour la marque : les Fiat 125, 127 et 128…

           En 1967, le projet de la future Fiat 130 est mise en marche forcée, une nouvelle plate-forme est réalisée et un moteur V6 totalement nouveau est développé par Fiat qui fera au final 2.866cm3 et développe 140Ch. Le choix de se moteur s’avère peu rationnel pour les bureaux d’études mais il fut imposé par le directoire de Fiat afin de concurrencer les Mercedes et BMW.

Fiat 130 coupé et berline

        Au final, la Fiat 130 tient ses délais et est présentée au public en 1969 puis commercialisée dans la foulée. Présentant une ligne très classique afin de plaire à une clientèle bourgeoise, la Fiat 130 ne détonne pas et reste dans la droite lignée des productions turinoises. A cette époque, un marché devient de plus en plus important, celui des coupés sportifs et luxueux, mené par les BMW E9 et la Mercedes R113. Et pour Fiat avait une longue tradition du coupé, il était impensable que la marque turinoise n’y ait pas sa part du gâteau… C’est pourquoi son président, Giani Agnelli va demander à ce que la berline 130 soit déclinée en un coupé haut de gamme.

            A cette époque, Fiat avait certes la Dino, qui à partir de 1969, proposait un V6 de 2.415cm3 développant 180Ch, et qui permettait une vitesse de pointe entre 205 et 210km/h selon la version. Mais ce coupé à vocation essentiellement sportive est fait pour taquiner la BMW E9, cependant du côté des coupés Mercedes, Fiat ne proposait rien, c’est donc ce créneau que la 130 Coupé va envahir.

           La mise en chantier de ce coupé a très certainement du se faire après la présentation de la berline 130; Pininfarina reçoit la mission d’élaborer un coupé sur la base de la Fiat 130 au cour de l’année 1970. Contrairement à la berline, Fiat externalise le design du coupé comme il est alors de tradition. C’est le styliste Paolo Martin à qui incombe la charge de dessiner la ligne de ce coupé; lui qui venait de réaliser le dessin de la Ferrari 365 GT4 2+2 qui se remarquait par son côté moderne. Le traitement fut le même sur la Fiat 130 Coupé, on y retrouve les mêmes lignes principales mais avec un style cubique encore plus poussé !

             A cette ligne totalement moderne pour l’époque, Fiat travaille sur le moteur de la 130 pour le faire passer de 2.866cm3 à 3.235cm3 via un réalésage, ce qui permet de passer à une puissance de 125Ch désormais. Ce moteur est réalisé avec un bloc en fonte, des culasse en alliage léger, un seul arbre à came, le tout coiffé d’un carburateur Weber. Ce moteur est d’abord développé pour la berline 130 afin de mettre un terme au 2.866 qui s’avère trop faible pour la voiture, mais intègre la Fiat 130 Coupé dès l’origine. Et du côté des boites de vitesses, Fiat proposait une boite manuelle à cinq rapports réalisée par ZF, ou une boite automatique Borg Warner à trois rapports disponible en option.

          L’ensemble est présenté en 1971 lors du salon de Genève; cette fois-ci, avec une telle ligne, la 130 coupé se remarque sur le stand de Fiat. Cette Fiat 130 coupé bien loin de viser le prolétaire avait un intérieur et un équipement plutôt riches : fauteuils en velours, vitres électriques, direction assistée… Tout cela se ressent sur la balance car notre coupé pèse 1.600kg. Cependant, avec son châssis bien étudié à quatre roues indépendante et son nouveau moteur, la voiture se plait sur autoroute, et peut filer jusqu’à 190km/h…

            Hélas, en dépit des efforts développés par Fiat concernant la 130 Coupé, et notamment en utilisant ce modèle lors d’opérations de prestige, les ventes ne décollent pas. Plusieurs raisons peuvent l’expliquer, la conjoncture économique n’était pas favorable à ce genre de modèle à l’heure de la première crise pétrolière. Aussi, Fiat avait une image de producteur de voitures populaires, l’image est peu flatteuse pour une clientèle bourgeoise même si la 130 coupé pouvait répondre à leurs attentes. Enfin, la Fiat 130 connaitra quelques déboires par la suite qui entacheront l’image du modèle, outre une transmission et un échappement qui avaient tendance à donner des dignes de faiblesse trop rapidement, la rouille était la bête noire de la carrosserie de la voiture, et qui a réduit à poussière nombre de modèles.

              Au final, la production de la Fiat 130 Coupé cesse en 1977 après avoir couvert sept millésimes du catalogue Fiat, avec une production qui reste bloquée à 4.491 exemplaires. Si l’on fait la moyenne, cela donne le chiffre de 642 voitures par an ! Avec de tels chiffres, Fiat quitte se segment automobile sans laisser de descendance à ce coupé…

7 réflexions au sujet de « Fiat 130 Coupé (1971-1977) »

        1. je viens de faire l’acquisition d’un coupé FIAT 130 de 1972;elle ne semble pas trop bouffé par la rouille comment procédé pour avoir les éléments me permettant de restaurer cette voiture d’avance merci

          1. Bonsoir Georges,
            Le mieux est d’établir une liste de vos besoins (sur la base d’une manuel technique. Les numéros de code vous feront gagner beaucoup de temps.
            Nous disposons de pièces et de personnes compétentes aux Fiat Clubs européens…Bien à toi.

Laisser un commentaire