smallamisup

Citroën Ami Super (1973-1976)

                   Mettre un « gros » moteur sur une berline populaire, telle est l’idée de l’Ami Super présentée en 1973. Empruntant le quatre cylindres à plat de la GS, l’Ami Super permet à Citroën de proposer une large gamme de voitures familiales et peut d’être d’offrir le meilleur compromis entre prix et performances. Cependant, la carrière de l’Ami Super ne fut pas de tout repos et fut rapidement stoppée, avant de sombrer dans un quasi oubli. Retour sur l’histoire de cette super Ami !

              Recyclage d’un nouveau moteur, voila ce qui pourrait résumer l’Ami Super. En effet, en 1970, Citroën présente la GS un an après avoir présenté l’Ami8 (lire aussi : Citroën Ami8), cette nouvelle voiture est équipée d’un quatre cylindres à plat de 1.015cm3 de 55Cv refroidi par air, mais ce moteur est jugé trop faible pour la voiture. C’est pourquoi la voiture est équipée d’un moteur de 1.222Cm3 à partir de 1972, et pour écouler le surplus de moteur 1.015, décision est prise de le monter sur l’Ami8 pour créer une nouveau modèle.

                   Cette idée n’est loin d’être saugrenue, elle permet de rendre encore plus attractive l’Ami8, alors en perte de vitesse face à la GS, en lui offrant un moteur de 61Ch alors que la voiture était limitée aux 32Ch de son bicylindres. Le service commercial de Citroën décida de changer la dénomination d’Ami8 en AmiSuper  pour différencier encore plus les deux modèles, mais aussi pour jouer sur l’effet de nouveauté induit par le lancement d’un nouveau nom sur le marché.

                  Mais intégrer un flat-4 dans une voiture destinée à recevoir un bicylindre, l’opération n’est pas évidente et nécessite diverses modifications comme le renforcement du châssis, ou encore des modifications sur la carrosserie pour améliorer le refroidissement du moteur. En tout, l’Ami Super prend 85kg sur la balance mais son rapport poids/puissance est en nette amélioration : 13,1kg/Ch quand celui de l’Ami8 était à 20…

                   Coté performances, l’Ami Super affiche une vitesse de pointe à 141km/h ainsique que 38,6 secondes pour parcourir le kilomètre départ arrêté. « Voilà enfin une Ami qui grimpe » titraient quelques articles de presse, ou encore « l’Ami Super devient une véritable routière ». Côté consommation, l’Ami Super n’avait rien à envier à la GS et avait une moyenne entre 7 et 8 litres aux cent, dans la moyenne de l’époque.

                   Comme l’Ami Super allait plus vite, Citroën lui octroi également un freinage plus puissant avec des freins à disques à l’avant qui proviennent de la GS. Pour la tenue de route, l’Ami Super se dote de deux barres antiroulis ainsi que d’amortisseurs spécifiques au modèle. La direction a elle aussi été revue pour en diminuer sa dureté, le volant est ainsi d’un diamètre plus petit. Ces efforts sont payants car l’Ami Super jouit d’une très bonne tenue de route et ne se penche plus dans les virages comme l’Ami8. La presse spécialisé la juge même plus maniable qu’une GS !

Citroën AmiSuper (6)

                     Mais l’Ami Super n’a pas que des qualités, avec sa carrosserie d’Ami8 à peine retouchée, la voiture a du mal à se justifier dans le segment qu’elle vise. C’est pour cela qu’en 1974, Citroën équipe d’Ami Super d’une bande de décoration latérale et des jantes ajourées. Aussi, le monogramme d’aile « 1015″ est remplacé par un monogramme « Ami Super ». L’intérieur est amélioré et légèrement plus cossu qu’une Ami8, ce qui permet de donner un peu d’arguments aux commerciaux de Citroën à l’époque.

Citroën AmiSuper - interieur (1)

                 Surtout, le prix de la Citroën Ami Super n’était pas compétitif, 12.300 Francs, ce qui la place à proximité d’une GS vendue 13.200 Francs et bien loin d’une Ami8 tarifée 10.360 Francs. En dépit de bonnes ventes sur les deux premiers millésimes, celles-ci s’écroulent rapidement, poussant Citroën a arrêter la fabrication de ce modèle en 1976, certains modèles s’écoulent jusqu’en 1977 pour vider les stocks. Mais peut-on pour autant parler d’échec, 44.820 Ami Super ont été assemblées, un score tout de même honorable, mais bien loin des scores de l’Ami8 ou de la GS toutefois.

14 réflexions au sujet de « Citroën Ami Super (1973-1976) »

  1. A Jérome LACROIX : je vous ai adressé un mail et serai également très heureux d’échanger avec vous. De quel coté de l’Aisne êtes vous ? est une AS break ou berline que vous retapez ? où en êtes vous ?

  2. Bonsoir, le catalogue 1976 reprenait l Ami8 et la Super. Il y avait également un ‘éclaté’ du châssis de la Super avez vous encore ces photos?
    Merci déjà.

  3. Bonjour à tous. Quel plaisir ce site. Souvenir petite anecdote, en 1974 les péages d’autoroute étaient moins cher en 3cv qu’en 6 cv fiscaux, il suffisait juste de cacher le levier de vitesse au plancher… Pendant 4 ans nous avons payé en 3 cv nos nombreux Paris/Toulon…Mais pas la 5eme année le repérage des 6 ouïes de refroidissement supplémentaire nous on trahi … Amicalement

  4. Pareil, j’ai suivi il y a quelques semaines un break Ami Super sur l’autoroute un long moment à un bon 140 compteur ! Le gars doublait bien tranquillement sans broncher des modèles bien plus modernes, effet garanti ! C’est sympa de ressortir ce modèle de l’oubli, continuez ainsi !

  5. Je me permets une petite remarque: le motif sur la calandre figurait déjà sur la 1ère version sans bandes adhésives et à roues non ajourées. Par contre sur ce 1er modèle le monogramme sur l’aile AVD était 1015. sur la 2ème série le monogramme est « Ami Super ». la commande de frein à main avait une forme particulière aussi, et différente de la 8. quand on est à l’extérieur le bruit est à la fois très proche de la GS(et pour cause) mais un peu différent de l’arrière à cause de la ligne d’échappement différente de celle de la GS. au tout début de la commercialisation, quand cette voiture n’était pas connue et moins différenciée de la 8, il était amusant de voir la tête des autres usagers déposés au démarrage ou dépassés à 140 km/h par ce qu’ils croyaient être une Ami 8. La commande de boîte était plutôt imprécise. Je n’ ai peut-être pas beaucoup d’ambition, mais c’est une voiture que j’aimerais beaucoup posséder; j’ai un faible pour les « vilains petits canards ».

    1. J’ai découvert cette Ami super tout à fait par hasard, alors que nous roulions à bord d’une VW Passat, en abordant une côte à 4 voies, je vis apparaitre ce que je pensais être une AMI 8… très surpris de la voir nous rattraper à grande vitesse et nous déposer gentiment dans la côte… j’ai ainsi fait connaissance avec l’Ami Super, modèle assez rare sur nos routes déjà dans les années 80

      c’est une voiture qui me plairait également de posséder

    2. Vous avez totalement raison pour ces remarques, l’article a été corrigé ;)
      Concernant ces vilains petits canards, je l’ai adore aussi, et j’ai bien l’ambition d’en avoir quelques uns… Et ça, c’est avoir de l’ambition ;)

    3. Je suis content de cette très juste mise au point. Je suis propriétaire d’une ami Super de 1973 en cours de rénov. J’aurai vouloir savoir si un recensement de cette Citroën est connu. Je suis curieux de le savoir et peut-tre de rentrer en contact avec leurs heureux détenteurs

      1. Je n’aime pas trop les gros cygnes blancs et prétentieux et je préfère, moi aussi, les vilains petits canards malicieux. Je possède une AMI 8 ET une AMI Super de 73 (toutes les deux break et du même vert !). L’Ami S (je l’appelle La Miss) est un véritable régal à conduire : confort, puissance, silence, très bon freinage ; c’est l’ AMI Parfaite.
        En AMI 8, je suis allé jusqu’au Cap Nord et retour, seul à bord. A travers des pays plats (à part l’étape norvégienne) j’ai beaucoup apprécié cette voiture au look d’enfer, confortable, économe, assez rapide, quoique très bruyante.
        Mais La Miss, c’est autre chose, c’est…un peu comme une danseuse excentrique qui aurait l’appétit d’un bouvier des Flandres et la voix d’un baryton colorature (de grâce ôtez-lui ce cigare longitudinal qui étouffe la mélodie du quatre-à-plat).
        De mes AMIes, je parlerai des heures…

        1. Merci pour votre réponse. J’ai répondu depuis mon smartphone mais je ne penses pas que ce soit passé.Je suis vraiment content d’avoir enfin un contact avec le propriétaire d’une Ami S. J’arrive presque au bout de ma rénov ;J’ai refait les bouts d’ailes avants et avants des ailes intérieures av mais je n’ai aucune idée des assemblages de ces deux parties entre elle d’abord et avec le tableau avant. Une ou qq photos m’auraient bien aidé à les reconstituer. J’aurai aimer également savoir si vous connaissez d’autres heureux proprio d’As, de quelle région. Pour ma part je suis des Ardennes.
          Pensez vous pouvoir m’aider?

          1. Bonjour
            Je découvre votre post.
            j’ai une ami super en cour de restauration.
            Ma femme est Ardennaise et nous habitons dans l’Aisne.
            Je serai heureux d’échanger avec vous.
            Bien a vous
            Jerome
            Lacroix.j@yahoo.com

        2. Bonsoir je termine la rénovation de mon AS de 1973, j’aurai aimé savoir la consommation de cette voiture en parcours mixte. En peinture ma référence est CA636? existe t-elle toujours j’aurai aimé la retrouver car ma voiture a été refaite dans son jus. Il me manque seulement les deux butées de débattement AR . j’espère que le contrôle technique ne me cherchera pas de poux …